AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ivy Day - Présentation

Aller en bas 
AuteurMessage
Ivy Day
Tywin's Team
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 12/11/2011
Age : 27
Humeur : Ivy style, activé

Personnage
Age PJ: 24 (28 Janvier 1987)
Totem: Cadenas en pendentif
Spécial: Maîtrise la communication non verbale

MessageSujet: Ivy Day - Présentation    Mer 16 Nov - 18:17

Ivy Day



Nom :
Day

Prenom :
Ivy

Surnoms :
I.D (prononcé “idea”) ; Crypto

Age :
24 ans

Date de naissance :
28 Janvier 1987

Nationalite :
Américaine

Origines :
Américaines et Australiennes

Equipe Officielle :
Tywin's team

Famille et fratrie :

  • Père : Doran Day, bel australien aux cheveux d’or et aux yeux bleus, il est atteint de surdité depuis l’adolescence des suites d’une maladie génétique. Passionné de surf et d’écologie, il n’a plus pratiqué le premier depuis longtemps mais s’occupe du second. En effet il tient une rubrique écolo dans un magazine scientifique. Une place que lui a trouvé Maylis quand elle lui a demandé de quitter son continent pour le sien. Si elle trouvait un boulot intéressant là bas pour « un sourd », comme il s’appelle souvent, il acceptait. Elle a trouvé, il a déménagé.
  • Mère : Maylis Graham épouse Day. Petite femme aux longs cheveux blond platine. Frêle en apparence, elle pourrait sembler plus fragile qu’une brindille si ses yeux marron ne dégageaient pas tant de force de caractère, dissuadant quiconque de la prendre pour une bille. Ses parents sont morts très tôt en mission humanitaire et Maylis a suivit leur trace en vouant sa vie aux autres. Bénévole à ses heures perdues, elle a d’abord travaillé dans des orphelinats avant de se consacrer aux jeunes privés d’un ou plusieurs sens. Elle a rencontré Doran lors d’un stage en Australie et en fait souvent un exemple pour ses élèves, leur prouvant qu’on peut vivre parfaitement normalement même avec un handicap.
  • Sœur : Grace, une petite blonde aux yeux marron, de dix ans sa cadette (elle a donc 15ans). Grace a hérité de la maladie de son père et a vécu avec un appareil auditif jusqu’à ses onze ans. Ce n’est qu’ensuite qu’elle perd totalement l’ouïe et le vit très mal. Elle a eut beaucoup de difficulté à s’adapter en société jusqu’à ce que Ivy lui apprenne à contrôler sa voix en fonction des vibrations de ses cordes vocales. Depuis elle parle presque parfaitement et est très reconnaissante à sa grande sœur. Bien qu’elles soient très différentes elles s’entendent à ravir. Grace bave depuis toujours devant Adler et menace régulièrement Ivy de tenter le coup avec lui s’ils ne se remettent pas ensemble. Bien sûre elle n’oserait jamais, mais c’est sa façon d’essayer de les recaser… Passionnée de Surf, elle rêve de vivre en Australie et de devenir une professionnelle de la planche.

Cursus :
Titulaire d’un bac L, niveau License en droit bien qu’elle n’ait pas fini sa dernière année. Elle travail en étroite collaboration avec sa mère dans une école pour jeunes sourds, muets, et/ou aveugles.

Histoire :
Ivy est issue d’une petite famille modeste, d’une mère engagée dans l’humanitaire et le sociale, et d’un père écologiste atteint de surdité, un héritage familiale. Par chance Ivy est née sans ce problème, bien qu’elle ait été surveillée jusqu’à ses vingt ans. Elle mène une petite vie tranquille entourée de ses parents qui lui apprennent toute jeune le langage des signes, et se trouve fascinée par les systèmes de communications non verbaux, comme le braille et le morse qu’elle apprend dans les classes de sa mère où elle passe ses années de primaires. Elle a dix ans quand sa petite sœur, Grace, débarque, mais contrairement à Ivy elle née malentendante. Qu’à cela ne tienne, rien n’ébranle le quotidien de la famille. Entre le travail de sa mère qui s’adonne au bénévolat après ses classes, et son père qui reste parfois tard au bureau pour rédiger ses articles, Ivy joue souvent les baby-sitters. Grace et elle se forgent donc très rapidement une complicité à toute épreuve et Ivy est la seule à qui la cadette obéisse sans restriction et qui sache la consoler.
Fascinée par la science fiction, les extra-terrestres, et le fantastique, Ivy passe son temps à lire des livres sur le sujet et ne manque pas une occasion d’apprendre de nouveaux alphabets ou de retenir des phrases en langues imaginaires. Et quand en plus ses parents lui offrent un ordinateur avec accès internet pour Noël c’est le début d’une chasse à l’astuce et aux codes qui feront d’elle une redoutable décrypteuse dont la réputation se propage dans les couloirs du collège, lui octroyant le surnom de Crypto. Crypto à cause de sa manie de tout écrire en langage codé mais aussi pour la ressemblance du mot avec Krypton, la planète de superman, qui permet de la traiter au passage d’alien. Ce surnom perdure au lycée mais il est bien vite supplanté par celui de I.D, ses initiales prononcées « idea », acquis à force d’improvisations réussies. Elève appliquée et bien ancrée dans un quotidien répétitif, elle voit ses habitudes perturbées par un nouveau venu avec qui elle doit partager son casier. Adler, c’est comme ça que se présente le nouveau, sent le gosse de riche à plein nez ce que Ivy méprise et le lui fait comprendre. Une guerre des cadenas s’engage et il faut un bon moment à Ivy pour accepter un compromis. C’est en allant acheter un cadenas à clé sur mesure avec Adler qu’elle apprend à mieux le connaître et fait même traîner les choses pour tester sa patience. Celle-ci s’avère sans limite et Ivy s’en veut un peu d’avoir essayer de le pousser à bout en se montrant plus désagréable qu’elle ne l’est en réalité et le choix du cadenas aboutit enfin. Problème, c’est elle qui a insisté pour un système de fermeture par clé, trouvant un code trop facile à percer, et bien sûre elle perd sa clé aussi sec. Un peu honteuse elle doit dépendre d’Adler qui, au lieu de l’envoyer paître comme elle s’y attendait, trouve la situation très drôle. D’abord un brin vexée, elle ne tarde pas à trouver le sourire du beau brun plus charmeur qu’agaçant et ne résiste plus longtemps au magnétisme de ses yeux. Elle décida donc de ne jamais retrouver ses clés. Quelques mois plus tard ils s’entendent comme deux larrons en foire et finissent par sortir ensemble à l’issue d’une critique enflammée sur la sortie retardée d’un jeu vidéo. Ivy est partagée entre la fierté de s’afficher avec le plus beau gars du lycée et la gêne de leur différence d’âge (elle est plus âgée de 5 jours… oui c’est énorme) et surtout de « porte-monnaie ». De plus si elle le présente à sa famille – à noter le passage en rouge pivoine de la petite Grace devant le grand Adler – lui l’en tient désespérément éloignée et une partie d’Ivy pense qu’il a honte d’elle. Cela l’attriste secrètement mais elle n’en parle jamais. Pourtant leur petit couple tient le coup, malgré les vacances puis la rentrée… Ivy lui apprend le morse et l’initie aux différentes sortes de codes et autres langage qui la fascine, et leur cours en commun devient un terrain d’entraînement à leurs pratiques, au point d’en faire craquer certains profs. Ce qui n’a guère d’importance vu les notes plus que respectables qu’ils se coltinent. Tout va donc pour le mieux, et leur couple jouit d’une inhabituelle longévité pour des lycéens, au point qu’Ivy en vient à réviser son jugement, un peu sévère, sur les jeunes issus de classes « supérieures ». Un changement d’opinion qui a tôt fait de se trouver caduc quand Adler, du jour au lendemain et sans explications aucunes, romps. Ivy n’y comprend plus rien et en conclue qu’elle n’est pas assez bien pour un type de son acabit. Elle tente de l’ignorer un moment mais son air triste la désole profondément et elle redevient sa fidèle amie. Entre eux pas de secrets, si ce n’est les raisons de leur rupture dont elle se sait interdite de parler.
A l’heure de quitter le lycée pour la fac, Ivy conserve le fameux cadenas, symbole de leur rencontre, et Adler sa clé. Plus tard et sans se concerter ils en feront leur totem respectif. C’est donc en amis qu’ils partent conquérir la fac, Ivy se dirigeant vers le droit en vue de se spécialiser plus tard dans le droit humanitaire. Adler la suit mais ne reste que deux ans avant de partir pour Shanghai. C’est un coup au moral pour elle qui a de plus en plus de mal à trouver sa place dans un milieu qu’elle découvre corrompu et bien trop manipulable. Elle s’accroche quand même, pour finir sa License, mais un évènement vient définitivement mettre un terme à ses études. Ses parents l’appellent en urgence pour l’avertir que Grace vient de perdre totalement l’ouïe et qu’elle le vit très mal, enfermée dans sa chambre et refusant d’en sortir. Ni une ni deux, Ivy quitte sa vie d’étudiante et rentre au bercail. Là elle doit user de tous ses talents de grande sœur pour consoler Grace et lui jure de traverser ça avec elle et de trouver un moyen pour qu’elle entende à nouveau. Pendant les mois à venir, Ivy comprend que le pire pour Grace est la réaction des autres quand ils entendent sa voix. Son premier reflexe est de la renforcer psychologiquement en lui offrant son arme fétiche : un taser. Quelques électrocutions suffisent à stopper les grimaces moqueuses des abrutis et Grace est enfin suffisamment d’aplomb pour évoluer. Ivy se montre alors intransigeante et la fait travailler d’arrache-pied pour contrôler au mieux sa voix. Son apprentissage porte ses fruits et bientôt Grace est assez sûre d’elle pour affronter le monde extérieur normalement. Ivy n’en est pas peu fière et travail avec sa mère dans une école pour jeunes privés d’un ou plusieurs sens, tout en effectuant ses propres recherches sur le sujet. Elle pense avoir trouvé sa voix quand Adler, après un an sans nouvelle, débarque chez elle comme si de rien n’était. Les retrouvailles sont un peu tendues mais la froideur s’envole quand il lui parle de sa dernière découverte : le rêve partagé. Fascinée, Ivy voit là un moyen de transporter les aveugles, sourds, et/ou muets dans un espace onirique où ils pourraient jouir de tous leurs sens et apprendre à mieux appréhender le monde et reprendre courage. Adler ne lui parle pas de suite des raisons profondes qui motivent son projet, il se contente de le lui présenter comme un moyen de rendre justice sans les limites imposées par la loi, mais lui parle en revanche de sa demi-sœur inconnue. Sur ce dernier point elle est d’une aide précieuse, étant super débrouillarde question recherches. Elle part donc à l’abordage de cet étrange monde aux frontières du réel, ou science et fantastique s’entremêlent, avide d’espaces oniriques soumis aux seules bornes de l’imagination. Après de nombreuses expérimentations ils sont fin prêts à se lancer et trouvent leurs clientèles ainsi que leurs collègues provisoires via les jeux online. Ivy est fière d’exercer leur « justice mercenaire » même si à long terme elle espère se spécialiser assez pour donner au principe de rêve partagé une dimension plus altruiste.

Description du caractere :
Le moins que l’on puisse dire c’est que Ivy a un sens aiguisé de la justice. Les méchants doivent être punis et les gentils récompensés. Et c’est armée en permanence d’un taser et d’un couteau suisse qu’elle aime rendre justice... si elle se sent agressée elle n’hésite pas à s’en servir et a acquis de bonnes bases d’autodéfenses tant grâce à un instinct inné pour l’improvisation qu’aux démonstrations d’Adler. Une formation bien pratique quand on connait son attirance pour les mauvais garçons - de préférence motard et plus âgé – à l’allure fort peu recommandable. Goût du risque ? Sentimentalement parlant pourtant pas. Mais elle est irrémédiablement attirer par ceux qui ont besoin d’aide, physique ou psychologique. Ainsi elle compte à son actif des exs de toutes sortes, du drogué au tatoué à outrance en passant par l’ancien tolard, le sourds, muet, aveugle, handicapé moteur, et même un nain. De drôles de relations toujours extrêmement courtes puisque Ivy ne reste avec eux que le temps de leur redonner confiance, ou de les remettre dans ce qu’elle appel le droit chemin. Après elle rompt avec une aisance bluffante et garde d’excellents rapports avec ses petits protégés dont elle prend des nouvelles très régulièrement. En fait cela est dût à son besoin presque maladif d’aider les autres. Tout le monde et n’importe qui et même quand elle ne peut rien faire, elle essaie quand même. D’ailleurs elle ne supporte pas de se sentir impuissante et pense que tout problème a une solution qu’il suffit de trouver. Donc quand la réponse n’est pas évidente, elle cherche. Elle peut passer des heures à se renseigner, sur internet, les livres, en rencontrant les gens, passant des coups de fils… elle n’a pas son pareil pour dénicher des infos. Et s’il faut pour ça craquer un code, pas de soucis, c’est un sujet qu’elle maîtrise. Mais elle a ses limites et ne risque pas la prison pour n’importe qui, d’autant qu’à ce sujet elle a tendance à psychoter. Par exemple si Adler lui demande de violer le système de sécurité d’une entreprise, elle le fera, mais non sans râler et marmonner à qui mieux mieux les pires scénarios lui passant par la tête. Il faut dire aussi que son éducation et ses valeurs fondamentales sont parfois mises à rudes épreuves dans la pratique de l’extraction et il faut vraiment qu’elle croit cela juste pour se lancer. Si elle doute, le conflit interne est terrible à gérer. Le stress la rend particulièrement sarcastique et lui fait pratiquer l’ironie plus que de coutume. Pourtant même si elle râle beaucoup dans ces moments –et la plupart du temps- elle suit toujours ceux en qui elle place sa confiance. Une confiance qu’elle accorde un peu trop facilement bien que seul Adler bénéficie de la partie « aveugle ». Elle pense que donner sa confiance à autrui est le premier pas vers l’estime de sois, le respect de l’autre, et contribue à rendre les gens plus gentils. Une naïveté philanthropique qui ne s’applique pas à toutes les espèces d’individus et exclu notamment les hommes cruels envers les animaux et les innocents. Ceux là quand elle peut les taser, elle ne se gêne pas. La confiance en remède, donc, mais aussi le rire. Ivy sourit beaucoup et adore rire, et faire rire. Une fois mise à l’aise elle a beaucoup d’humour et est très douée pour consoler les gens, d’une phrase, une histoire, un câlin… Mettez-la dans une salle pleine de dépressifs dégoutés du monde elle vous en fait des peace and love. Elle-même d’ailleurs, sans être une hippie, n’est pas du genre à s’énerver et à haïr spontanément. Elle râle, ça oui, mais oublie aussitôt et ne considère personne comme un ennemi (sauf une fois de plus la catégorie de personne citée plus haut). Sur un coup de sang elle envoie valser, mais n’est pas le moins du monde rancunière, surtout quand ça ne concerne qu’elle. En revanche elle est impulsive et ne supporte pas qu’on s’en prenne à ses « protégés ». Faibles, démunis, et innocents bénéficient de son soutient sans faille et elle part illico au casse pipe pour eux. Un vil gredin insulte une pauvre gamine terrorisée ? Paf ! Un coup de taser lui apprendra la politesse.
A force de fréquenter des motards elle s’est mise à la moto et n’en démord plus. C’est une conductrice dangereuse en deux roues, mais les voitures lui font peur sans quelle sache pourquoi.
Ivy maîtrise le langage des signes, le morse, le braille, et divers alphabets et codes bizarres mais elle est nulle en langues étrangères. En revanche elle baragouine un peu de Sindarin, Quenya et Ancien Langage dans lesquels elle et Adler ont fait le serment de ne jamais mentir. Elle lit des bouquins sur les extra-terrestres et apprend leur dialecte présumé afin de pouvoir communiquer avec eux, juste au cas où… Franche et honnête elle regarde toujours les gens droit dans les yeux pour tester leur sincérité. Ainsi elle sait toujours quand Adler lui ment ou cache quelque chose et une partie d’elle est toujours en colère contre lui depuis qu’il l’a largué sans qu’il veuille dire pourquoi. Cela la ronge constamment surtout qu’elle n’a pas le droit d’en parler. Depuis c’est toujours elle qui rompt avec les gars, au moins elle sait pourquoi, et il faut admettre qu’elle n’est pas très stable sentimentalement parlant, se fixant difficilement, s’investissant peu, et, elle doit l’avouer, n’a aucune confiance en elle dans ce domaine là. Le reste du temps Ivy est au contraire très sûre d’elle, surtout question improvisation.

Description physique :
Ivy est une jeune femme de taille moyenne plutôt bien fichue et au physique typiquement australien hérité de son père. Son teint clair résiste très bien au soleil et bronze joliment. Ses cheveux blond toujours lâchés lui tombent à mi-dos et semblent auto-coiffant. Qu’il neige qu’il vente ou qu’il fasse beau, ils s’adaptent, passant d’un rideau presque platine lisse et soyeux à une cascade ondulé d’or pâle. Digne d’une pub pour shampoing. Ses yeux bleus sombre claircissent au soleil et reflètent tantôt bienveillance, tantôt une farouche détermination. Son nez et sa bouche sont bien proportionnés, et finalement elle a un visage agréable à regarder. Toutefois elle ne devient vraiment jolie qu’en souriant. Sourire lui donne un air angélique à faire fondre un cœur de pierre et c’est sans doute là son arme la plus redoutable, avant même son taser. Question fringue elle est assez classique, basique même mais toujours féminine. Mais elle a aussi un faible pour le look motarde et est littéralement fan de lunettes de soleil. Enfin elle porte peu de bijou si ce n’est une montre et un pendentif cadenas.

Goûts :
Ivy aime bien taser les gens… vu que ceux qu’elle tase le mérite elle y trouve une certaine satisfaction. Bon elle n’est pas sadique pour autant, loin de là puisque ce qui la réjouie le plus est d’aider ceux qui en ont besoin, à savoir les démunies, les animaux, les innocents, les bad boys, les esprits torturés, les malades et les handicapés. Rien ne lui fait plus plaisir que de rendre les gens heureux et de les voir sourire. Autre grande passion, plus vaine mais tout aussi forte, la fantasy, le fantastique, la science-fiction et les extra-terrestres. Livres, images, films, séries, et jeux, tout y passe ! Son rêve est de vivre dans un château médiéval avec un jardin féerique… ou dans une maison vaisseau spatial le choix est dur. En bonne demi australienne, Ivy aime l’eau, la plage, le soleil, l’océan, les vagues et le surf. Elle n’est allée qu’une fois en Australie quand elle était gamine mais elle est tombée amoureuse de ce continent. Bien sûre Ivy aime Adler, même si cela fait des années qu’elle va voir ailleurs pour se guérir, ça ne change pas. Ensuite Ivy n’aime que deux sortes de vitesse : celle sur une moto, et celle sur un surf. Voiture, parc d’attraction et tutti quanti la terrifie. Enfin Ivy se caractérise par son goût pour l’improvisation et les actes instinctifs et impulsifs. Suivre un plan A d’accord mais elle préfère le plan C.
Ce qu’elle n’aime pas maintenant. Elle déteste les voitures, en a même une peur bleue. Elle préfère les motos, trouve ça plus humain dans sa manipulation, moins machine. Enfin même s’il est très difficile d’exciter sa haine, certains individus la répugnent suffisamment pour la titiller. C’est le cas des gens cruels, de la méchanceté en générale, des je-m’en-foutistes irrespectueux des autres et de la nature, et de ceux qui ne connaissent pas et/ou méprise la compassion.

Signe distinctif :
Maîtrise pas mal de systèmes de communication non verbaux

Totem :
Un cadenas. Celui du casier en commun avec Adler au lycée. Elle le porte en pendentif, caché sous ses vêtements. En rêve il s’ouvre selon un mot code en morse.

Rang au sein des extracteurs :
Pointwoman

Domaine de predilection :
Crypter et décrypter les codes, effectuer des recherches, improviser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colleen Fanshawe
Admin-Cobb's Team
avatar

Messages : 1230
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 26
Localisation : Réalité
Emploi/loisirs : Travaille sur sa nouvelle cible
Humeur : ...Grrr

Personnage
Age PJ: 27 ans, Née le 5 Novembre
Totem: Un kaléidoscope
Spécial: Ex agent du FBI

MessageSujet: Re: Ivy Day - Présentation    Lun 28 Nov - 11:13

Tu es officiellement validée

Sois la bienvenue dans le réseau des extracteurs.

Then the dream comes true...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inception-continuum.forumgratuit.org
Ivy Day
Tywin's Team
avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 12/11/2011
Age : 27
Humeur : Ivy style, activé

Personnage
Age PJ: 24 (28 Janvier 1987)
Totem: Cadenas en pendentif
Spécial: Maîtrise la communication non verbale

MessageSujet: Re: Ivy Day - Présentation    Lun 28 Nov - 13:45

Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ivy Day - Présentation    

Revenir en haut Aller en bas
 
Ivy Day - Présentation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inception continuum :: Hors RPG :: Présentation de vos personnages-
Sauter vers: