AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Adler Blake - Présentation

Aller en bas 
AuteurMessage
Adler Blake
Tywin's Team
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 12/11/2011
Age : 27
Humeur : Coopératif

Personnage
Age PJ: 24 ans (02/Fevrier 1987)
Totem: Une Clé
Spécial: Riche héritier

MessageSujet: Adler Blake - Présentation   Sam 12 Nov - 16:42

Adler Blake


Nom :
Blake (gardé secret) / Winthorne

Prenoms :
Alcibiade jr - Adler (gardés secret) / Tyler

Surnoms :
Tywin ; Ty’

Age :
24 ans

Date de naissance :
2 Février 1987

Nationalite :
Américaine

Origines :
Américaines et probablement Européennes (Mr Blake tait ces dernières, d’où le manque de précision)

Equipe Officielle :
Tywin's team

Famille et fratrie :

  • Père : Alcibiade senior Blake homme d’affaire influent et richissime dirigeant un empire financier et immobilier. De concert avec la mafia locale il trempe dans des affaires louches, faisant notamment main basse sur les trafics touchant le domaine du rêve en plus d’autres activités au moins aussi peu recommandables. C’est un homme grand et bien bâti d’un peu plus d’une cinquantaine d’année à l’allure méthodiquement soignée typique des prédateurs d’exceptions. Une peau naturellement hâlée, des cheveux noir lustrés parsemés de mèches blanches autoritaires, et un regard vert gris d’une froideur bouillonnante dissimulant un cœur capable des pires cruautés. En résumé Alcibiade est mortellement séduisant –au sens premier du terme- et n’a pas son pareil pour manipuler, trahir, et corrompre. Il hait la médiocrité, ne tolère que la perfection, et ne souffre aucune limite en quoi que ce soit. Il impose la même rigueur à ses fils et aime tout contrôler, n’hésitant pas à éliminer ceux qui se dressent sur son chemin. De façon définitive.
  • Mère : Germina Davis, épouse Blake. L’une des innombrables femmes à avoir succombé au charme d’Alcibiade. La seule toutefois qu’il ait choisi d’épouser pour ajouter à son statut de réussite parfaite : une femme parfaite censé lui donner une descendance parfaite. Germina est une femme élancée à la posture noble et au corps de rêve. Même les années ont semble-t-il renoncé à rider son visage qui conserve sa fraîcheur d’antan raviver s’il le fallait encore par des yeux bleu vif et des cheveux châtain ondoyant. Jeune et naïve lorsqu’elle épousa son mari, elle pensait pouvoir changer la froideur de son regard qu’elle prenait pour de la tristesse en le rendant heureux. Malheureusement les années passant lui apprirent quel monstre était Alcibiade, mais elle lui avait déjà donné un fils –Alcibiade jr ; Adler- et refusait de le quitter, craignant des représailles. Elle avait une trentaine d’année lorsqu’elle trompa son mari trop souvent absent. La découvrant enceinte d’un batard, Alcibiade lui ordonna d’avorter, ce qu’elle refusa et parvint à négocier la vie du bébé. Mr Blake accepta à condition qu’elle l’abandonne à la naissance, ce qu’elle fit.
  • Frère : Aslan Blake, le portrait de sa mère, l’ambition de son père. Jeune homme châtain aux yeux bleus, il met en valeur son corps fin et élancé en copiant l’élégance des costumes sur mesure d’Alcibiade senior. Il est le frère cadet d’Adler qu’il jalouse en secret le sachant favori du paternel malgré ses rebellions. Bien qu’âgé d’à peine 19ans il envisage déjà de suivre les traces de son père et le suit aussi souvent que possible dans ses déplacements, cautionnement tout ce qu’il fait et allant même jusqu’à lui servir d’alibi. C’est un jeune homme arrogant, suffisant, ambitieux, et obsédé par le pouvoir et l’argent ce qui le rend assez influençable.

Cursus :
Suit un enseignement privé jusqu’à ses 15ans où il rejoint le publique à sa demande. Prépare un bac S tout en suivant des cours de langues et de sciences politiques à domicile. Titulaire d’un bac S et d’une Licence affaires internationales après deux ans d’études post-bac en droit et d'un an d'étude au Japon. Il ne poursuit pas en Master, préférant s’orienter vers la création et le développement numérique en ligne afin de devenir concepteur de jeux-vidéos.

Histoire :
Ses premiers flashs de souvenirs remontent à son troisième anniversaire qu’il a passé seul avec les domestiques pour des raisons qui ne lui seront avouées que bien plus tard. En tant que fils aîné destiné à diriger un jour l’empire familial, il hérite du même prénom que son père : Alcibiade. Junior. Sans doute une façon pour Alcibiade senior de tutoyer l’immortalité ce qui agacera prodigieusement son fils qui trouve le prénom horrible. Heureusement sa mère choisit son deuxième prénom, Adler, qui signifie Aigle, et c’est celui-ci qu’il préfèrera utiliser en l’absence du paternel. En grandissant la ressemblance physique entre le père et le fils se fit tout aussi saisissante que leur opposition moral. Souriant, ouvert et amical, le jeune Adler va aisément vers les autres, y comprit ceux que son père méprise, ce que celui-ci tente de lui interdire en lui inculquant la notion de « rang », « statut social », ou encore de « supériorité ». Une contrariété qui n’aura de cesse de turlupiner son jeune cerveau allant jusqu’à planter les bases de ses premières rebellions. Adolescent il rejette le code vestimentaire imposé par son école et son paternel, ce qui ne passe pas inaperçu et marque le début d’une longue série de violentes disputes entre Alcibiade senior et junior.
Leur relation s’améliore un tant soit peu durant la préadolescence d’Adler quand son père le met au sport, espérant le discipliner subtilement. Bien sûre les Blake ont une salle de sport parfaitement équipée avec coach personnel et tout le tralala, ce qui fascine le jeune garçon. Mais la rigueur qu’il se forge n’a rien à voir avec celle prévue, et il renforce moins son corps que sa détermination.
Ses quinze ans marquent un nouveau départ. Lassé du snobisme de l’enseignement privée, il réclame à être transféré dans le publique. Nouveau scandale familial, Mr Blake manque de sortir de ses gonds, heureusement la demande est faite par téléphone et Adler se montre inflexible. C’est finalement Germina qui s’en occupe, ce qui leur permet de se rapprocher. Paradoxalement Germina est une mère très présente, puisqu’elle ne travail pas à proprement parlé, mais aussi très distante. Particulièrement avec Adler alors qu’elle l’est moins avec Aslan ce qui contribue à entretenir le sentiment de mal être du premier. Pourtant à partir de ce moment ce n’est plus un chauffeur qui conduit Adler au lycée, mais Germina en personne qui va même jusqu’à lui apprendre à conduire. Bien sûre Mr Blake n’est pas mit au courant…
Adler s’acclimate étonnamment bien à son environnement et refuse tout traitement de faveur de la part de l’administration qui finira par le traiter comme tout les autres, voir un peu plus durement pour certain. Dès les premiers jours il rencontre Ivy Day, une fille d’une autre classe, avec qui il doit partager son casier. La belle n’est pas commode et une guerre de cadenas s’engage. Se retrouvant avec deux cadenas pour un seul casier et refusant de dépendre l’un de l’autre pour y avoir accès, Adler doit jouer de tout son charme pour obtenir qu’ils s’en tiennent à un seul cadenas, acheté en commun (ce dernier point pour ne pas la vexer). Nouveau différent quand au choix du cadenas, ce qui n’est pas pour déplaire au jeune garçon qui fait traîner les choses pour passer plus de temps avec Ivy. Après maintes négociations l’affaire se conclue mais il ne faut pas une semaine à Ivy pour perdre sa clé et dépendre à nouveau d’Adler, mort de rire. Quelques mois plus tard il la fait taire d’un baiser volé. Leur petit couple perdure, survit aux vacances d’été, et à la rentrée Adler passe en S et Ivy en L. Ils s’inscrivent pour les deux années restantes aux même options, plus pour passer du temps ensemble que par réel intérêt. C’est une belle époque pour les tourtereaux qui rendent dingues les profs en communiquant par morse en cours et se tape le luxe d’exceller dans leur domaine. Dans le même temps, Adler fait la connaissance des parents d’Ivy, mais la tient éloigné de sa propre famille. Seul Aslan, qui épie jalousement les conversations téléphoniques de son frère est au courant mais il garde provisoirement le secret. Pour Adler le lycée est une vraie bouffée d’oxygène car chez lui l’ambiance est moins rose.
En effet alors qu’il n’aspire qu’à vivre une vie normale, plongé dans les jeux vidéo, les devoirs et autres préoccupations d’ados ordinaires, il grandit entouré de domestiques et précepteurs lui imposant un rythme de travail soutenu pour combler les lacunes du publique et le prive ainsi de toute vie sociale. Heureusement il parvient à attendrir sans peine certaines de ses « professeuse » à domicile qui lui octroient parfois quelques heures d’illicite et donc délicieuse liberté. Un temps qu’il consacre principalement au sport, son exutoire, et passe de « beau goss » à canon. Il déclenche ainsi involontairement la jalousie de son frère cadet. En effet Aslan porte depuis toujours un regard envieux sur Adler du fait que leur père y prête plus d’attention, même s’il s’agit d’engueulades. Adler s’en aperçoit et espère se rapprocher d’Aslan en lui proposant de l’accompagner à la salle de sport et de lui apprendre. Peine perdu le cadet préfère « s’occuper d’affaire plus sérieuse » car c’est « ce que voudrait père » et cherche à combler ce qu’il estime être une infériorité supplémentaire en caftant la liaison de l’aîné avec Ivy.
L’annonce fait l’effet d’une bombe. Alcibiade senior se déplace en personne pour régler le problème. Sa discussion avec Adler pourrait se résumer ainsi : « on ne se mélange pas avec ces gens là. Amuses-toi encore trois jours puis romps. » Ce à quoi Adler a le malheur de répondre « sinon quoi ? ». Il ne fallut qu’un coup de fil et une balade en voiture pour illustrer la réponse… Bouillant de rancœur et de dégout, Adler quitte Ivy. Mais en plus d’êtres amants ils étaient devenus amis et après un passage à vide ils redevinrent confidents. Ils pouvaient parler de tout, excepté des raisons de leurs ruptures tues par Adler.
La vie continue et en quittant le Lycée il partage le symbole marquant de leur rencontre, lui gardant la clé –qu’Ivy risquerait de perdre- et elle le cadenas. Puis ils poursuivent leurs études dans la même fac, lui choisissant le droit. Adler n’y passe que deux ans, son père l’envoyant valider sa Licence en affaires internationales à Shanghai. Prestigieux programme qui le sépare d’Ivy et le met dans une colère noire. Pendant un an les ponts sont rompus, Adler se distrait avec les moyens du bord, à savoir excès de fêtes d’étudiants, d’alcool, de filles… Un vrai gosse de riche du XXIème siècle. Il s’en lasse aussi sec, se méprise d’être tombé si bas et revient à ses valeurs fondamentales en retournant au pays. Il a vingt et un ans à son retour et annonce à son père qu’étant désormais majeur il peut choisir son avenir et s’orienter vers la conception de jeux vidéos. Cela déplaît fortement mais Alcibiade senior est alors trop occupé avec ses propres problèmes pour intervenir sévèrement, et se contente de le mettre à la porte. Ce qu’Adler voit presque comme une récompense, et puis ce n’est pas comme s’il n’avait pas un compte en banque bien rempli.
Alors qu’il termine ses cartons et s’apprête à partir, il entend sa mère pleurer et s’en inquiète. Elle lui explique que c’est normal de pleurer vu que son fils aîné quitte la maison, mais cela met Adler en colère. Après tout elle ne l’a pas défendu et ne s’est pas montrée franchement affectueuse ! Germina lui avoue alors être restée en retrait afin qu’Alcibiade senior ne pense pas qu’elle l’influença et l’écarte définitivement d’elle en le prenant avec lui. Et qu’il devienne comme lui. Elle ajoute qu’elle n’aurait pas supporté qu’on la prive d’encore un de ses enfants. L’annonce laisse Adler pantois. Comment ça encore ? Germina déballe tout. De son aventure extraconjugale à la naissance sous x d’une petite fille, le 2 février, pour le troisième anniversaire d’Adler. Dans la tête de ce dernier les pièces d’un puzzle psychologique s’emboîtent. La mine sombre de sa mère à chacun de ses anniversaires n’était donc pas dû au fait qu’elle regrette de l’avoir mit au monde – une idée qui le rongeait – mais à la perte d’un autre enfant. Sa demi-sœur. Ce fut sans doute leur plus longue conversation, et les adieux qui l’indifféraient avant cela, lui serrèrent le cœur. Découvrant son père plus cruel encore qu’il ne l’avait imaginé, Adler décide de s’intéresser de plus près à ses affaires. Un nouvel objectif se dessine : le faire tomber. Il commence par ce qui l’a suffisamment accaparé pour ne pas le renvoyer à Shanghai passer son Master. L’affaire est en cours et même si le nom des Blake est en phase d’être lavé au tribunal, les accusations sont graves. Il s’agit de trafic d’esprits humains via le système de rêve partagé. Adler se souvient d’en avoir entendu parler dans le cadre d’une expérience militaire, mais ce qu’en a fait son père le dégoute. Le pire étant qu’il s’en sorte indemne. Le jeune homme imprime tout ce qu’il trouve sur l’affaire, surligne des noms, et commence ses investigations à partir de là. Blindé de volonté, il décide d’infiltrer le milieu du rêve. Mais pas tout seul. Il a besoin de quelqu’un de confiance pour veiller à son intégrité. C’est ainsi qu’il quitte sa suite d’hôtel, à la recherche d’Ivy.
Il ne la trouve pas à l’université mais la retrouve chez ses parents. Les retrouvailles sont contrastées, entre la froideur instaurée par une année de silence, et la chaleur des regards se redécouvrant plus beaux que dans leurs souvenirs. Une fois les banalités échangées, ils redeviennent les confidents de toujours et Adler lui expose son projet. Ivy est emballée et les recherches sur le sujet lancées. Durant près d’un an ils fréquentent les instituts du rêves – composés de volontaires – interrogent, apprennent… Et finalement se lance en solo. Ou plutôt, en duo. Ils trouvent des volontaires et recrutent des collègues de passages via les jeux online et, plus tard, seront contacté par des clients de la même façon. C’est ainsi qu’Alcibiade junior ; Adler Blake devient pour tous Tyler Winthorne, ou Tywin, son pseudo sur la toile remplaçant sa véritable identité.
Enfin leur petite entreprise est lancée. Tywin et Ivy se spécialisent dans ce qu’ils appellent une « justice mercenaire », utilisant l’extraction pour révéler la vérité -souvent à la demande d’un avocat, d’un chef d’entreprise, ou d’un particulier. Sa liste de contacte s’allonge et il espère bientôt approcher les collaborateurs de son père pour en tirer de quoi l’envoyer sous les verrous. Parallèlement, il recherche sa demi-sœur tentant de retracer son parcours à l’aide d’Ivy, plus douée dans ce domaine.

Description du caractere :
Très sociable, Adler sait se fondre dans la masse. Patient, il sait écouter et tenir sa langue et se montrer tolérant même lorsqu’il est en désaccord avec un sujet. En cela il est un ami fidèle et accessible, un exploit pour un type de son acabit qui aurait toutes les raisons de se montrer hautain et arrogant. Finalement on ne retrouve de ses origines « classe supérieure » que le côté leader naturel. En effet, même nouveau dans un groupe, il a tôt fait de s’imposer comme meneur et ce sans forcer ni même s’en apercevoir. A la fois intelligent, charismatique, et plein d’humour, cela suffit aux autres pour se joindre volontiers à lui. Et comme en plus il est beau, sportif, et vénéré des filles, il n’en faut pas plus pour confirmer son statut de chef de meute. De là on pourrait croire qu’il répond au stéréotype du type populaire et lui refourguer deux trois caractéristique comme coureur de jupons, superficiel, ou encore vulgaire. Perdu. Vulgaire il l’est à peine en perdant aux jeux vidéo, superficiel non, même s’il aime être bien habillé il place les vraies valeurs ailleurs. Quand aux coureurs de jupons... Il a du succès, certes, mais respecte la gente féminine. Il se classe plus dans les séducteurs, son charme l’ayant souvent tiré d’un mauvais pas. Mais contrairement à ce qui semble être une coutume familiale, il est fidèle.
Casse-cou à ses heures, il n’a pas peur de se faire mal ou de se salir, et a toujours l’air d’avoir quelque chose à prouver. Réaliste, il se montre pourtant toujours rassurant, et est maître de ses émotions ce qui lui permet de ne pas céder à la panique et d’aborder les choses de façon calme et objective. En règle générale plus on cherche à l’énerver, plus il est calme. Son aplomb et son côté stratège font de lui un excellent négociateur –faut dire aussi qu’il a ça dans le sang. Seule exception, s’en prendre à Ivy, là c’est directe un poing dans la gueule, ce qui vu sa carrure peut faire du dégât. Secret, il ne parle jamais de sa famille, sujet qui le rembrunit et lui donne cet air mystérieux et un peu sévère. S’il a décidé de se taire rien ne le fera parler, une vraie tête de mule à ce niveau. Le reste du temps il est déterminé, se donne les moyens de parvenir à ses fins, et n’hésite pas à se battre pour ses idées et ce qu’il croit juste. Un mental d’acier forgé très tôt par son vil de père à qui il s’est rebellé dès son plus jeune âge et ne cesse de provoquer depuis. Son principal objectif : le faire tomber, qu’il pait pour ses crimes. Une telle colère envers son propre père peut le faire paraître assez dur et sans cœur mais c’est tout le contraire. Adler est très sensible même s’il le cache sous un masque d’humour ou une expression fermée, et rêve de la famille parfaite. Pour cela il compte bien retrouver sa demi-sœur et repartir de zéro, sur des fondations solides, délivrant au passage sa mère et son frère de l’emprise d’Alcibiade sr Blake.
Voué à des études d’affaires internationales, Adler parle anglais, français, et allemand, assez à l’aise avec les langues européennes. Il baragouine aussi quelques mots de Japonais principalement composés d’insultes ou de propositions bizarres (séquelles de son séjour d’un an à Shanghai). Il a beaucoup de mal avec les codes et alphabets qu’a tenté de lui inculquer Ivy. Il bégaie en langue des signes, s’en sort en morse mais préfère l’elfique (Sindarin et Quenya) parce qu’il est fan du Seigneur des Anneaux. Enfin il peut lire en Ivy moins qu’il ne le pense et plus qu’elle ne le croit. Adolescent il s’est forgé une bulle de jeux virtuels et de récits fantastiques, ce qui explique son désir de devenir concepteur de jeux vidéo.

Description physique :
Le moins que l’on puisse dire c’est qu’Adler est un beau gars. Dans le genre bombe anatomique. Un mètre quatre-vingt deux, des proportions rêvées, un corps sculptural musclé sans outrance, et à la peau naturellement hâlé par des origines incertaines (un beau mélange en tout cas). Ses cheveux noirs soyeux savamment décoiffés lui donne un look très « jeun’s » un brin rebelle mais non révolté. Pour les affaires sérieuses il les coiffe plus vers la droite, en mèches ondoyantes, lui donnant un style aseptisé de perfection maîtrisée. Des sourcils épais et noirs rehaussent ses yeux d’un vert magnétique révélateur d’humeur tirant parfois sur le bleu, dont le regard enflamme, stupéfie ou glace selon qu’il est associé d’un sourire ou non. Son sourire justement, révèle une rangée de dents blanches et serrés aux canines et incisives centrales supérieurs légèrement plus longues que les autres, ajoutant à son charme. Sa posture est celle d’un jeune homme sûre de lui, et son maintient forgé par une discipline stricte lui confère un charisme écrasant. En revanche, et bien qu’il soit taillé pour, il n’est pas du genre à porter un costard sur mesure. La raison officielle étant qu’il trouve que cela fait trop guindé, et l’officieuse qu’il ressemblerait de façon bien trop choquante à son père avec. Il opte plutôt pour un jean et un t-shirt ou une chemise de préférence colorée. Assez commun à première vue excepté qu’il ne porte que de la marque -scandaleusement onéreuse- à la découpe impeccable. De toute façon Adler fait partit de ces individus qui même vêtu d’un sac à patate troué et tâché à l’air de porter du Gucci. Enfin il a une feuille de lierre tatoué sur l’omoplate droite.

Goûts :
Adler a la tête remplie de mondes imaginaires, d’épopées fantastiques et de batailles épiques. C’est donc tout naturellement qu’il est devenu fan du Seigneur des Anneaux, de films comme Gladiator et de toutes ces sagas mythiques où réalité et magie cohabitent. Il aime les romans, séries, films et jeux de fantasy, dark fantasy, heroic fantasy et s’émerveille devant leurs décors fabuleux. A cause d’Ivy qui lui a bien vendu la chose, il raffole de science-fiction, des histoires de mondes parallèles, de distorsion temporelles, et de voyages intergalactiques. Autre échappatoire pour lui, le sport. Courir loin et longtemps, frapper des sacs de sables, soulever des poids… rien ne lui vide mieux la tête. En dehors de cela il sait aussi profiter de la réalité vraie et aime tout simplement conduire son 4x4. De préférence à fond. C’est un adepte de la vitesse, des défis, et des dérapages contrôlés. Une volonté de dépasser ses limites qui contraste avec son caractère calme et posé habituel. Il aime déstabiliser les gens d’un regard, et bien sûre, il aime Ivy.
Ce qu’il n’aime pas en revanche peut se résumer simplement. Il exècre la méchanceté gratuite, les riches qui se croient tout permis et se plaisent à écraser les autres, et enfin, l’incarnation de toutes ces tares : son père.

Signe distinctif :
Un tatouage en forme de feuille de lierre sur l’omoplate droite.

Totem :
Une clé. Elle passe inaperçue au milieu des autres de son trousseau lui-même retenu par une chaîne. C’est la clé ouvrant le cadenas de son casier en commun avec Ivy au lycée. Quand il rêve les chiffres et lettres la marquant habituellement sont remplacés par d’autres, formant une date et des initiales.

Rang au sein des extracteurs :
Chef extracteur ; architecte

Domaine de predilection :
Négociateur et fin stratège.


Dernière édition par Adler Blake le Ven 16 Déc - 18:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colleen Fanshawe
Admin-Cobb's Team
avatar

Messages : 1230
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 26
Localisation : Réalité
Emploi/loisirs : Travaille sur sa nouvelle cible
Humeur : ...Grrr

Personnage
Age PJ: 27 ans, Née le 5 Novembre
Totem: Un kaléidoscope
Spécial: Ex agent du FBI

MessageSujet: Re: Adler Blake - Présentation   Mar 22 Nov - 18:43

Tu es officiellement validé.

Sois le bienvenu dans le réseau des extracteurs.

Then the dream comes true...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inception-continuum.forumgratuit.org
Adler Blake
Tywin's Team
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 12/11/2011
Age : 27
Humeur : Coopératif

Personnage
Age PJ: 24 ans (02/Fevrier 1987)
Totem: Une Clé
Spécial: Riche héritier

MessageSujet: Re: Adler Blake - Présentation   Mer 23 Nov - 10:36

Merci ! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Adler Blake - Présentation   

Revenir en haut Aller en bas
 
Adler Blake - Présentation
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inception continuum :: Hors RPG :: Présentation de vos personnages-
Sauter vers: