AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Recrutement de Noe Constantin

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Recrutement de Noe Constantin   Lun 19 Sep - 23:39

Maria Street était plutôt calme pour un début d'après midi, contrairement à la soirée et l'exorde de la matinée qui avait vu tout ses bars se remplir d'une bruyante et festive populace buvant et chantant en cœur des heures durant, couvrant le quartier du vacarme des exclamations exaltées à chaque point que les Redbirds marquaient. Mais de toute façon, Ayden n'aurait pas plus dormit si la ville n'avait été que les vestiges de l'apocalypse. C'était drôle tout de même : la plupart des extracteurs était réputés pour ces insupportables problèmes de sommeils et lui - qui pourtant avait déjà quelques dizaines d'heures réelles d'exploration des rêves devant lui - dormait comme un bébé... excepté le jeudi.

Ce soir, il s'était encore et toujours battu avec lui même pour ne pas se remémorer tout ces bruits de tôles froissés et de déchirures organiques. Pour ne pas se rappeler de l'insoutenable écho des hurlements de Pascaline tandis que les médecins se réunissaient autour d'elle afin de la maîtriser et lui administrer un sédatif. Ce soir l'avait une fois de plus convaincu : la psychanalyse n'était pas assez. Il avait essayé bien des postes discrets en ville, à New-York, à Chicago, à Dallas. Et à chaque fois c'était un échec. Et puis un jour, ce qui devait arriver arriva. Il avait évidemment pété les plombs. Il ne tiendrait pas le choc s'il continuait dans ce sens là. Car ce fameux soir il était mort pendant près de quatre minutes avant de finalement reprendre vie par le plus grand des hasards. S'il n'avait vu aucun couloir de la mort, il ne pouvait se résoudre à abandonner. Il ne pouvait s'y résoudre car Ernando ne vivait plus que dans sa mémoire maintenant. Et comment détruire tout ce qu'il restait de lui ? c'était pour Ayden comme brûler la photo à laquelle il tenait le plus. Lorsque les Redbirds avaient fini par remonter la pente de ce match serré, il s'était endormit au milieu des cris, pour se réveiller cinq heures plus tard.

Une bonne nuit de sommeil pour un jeudi finalement. Au levé, du bacon, du café et du LSD. Il s'était mit à pleurer en riant ou Dieu sait quoi devant un tableau de Bosch pendant une durée qui lui était inconnue et il avait plus ou moins reprit conscience affalé sur son lit. Il avait réalisé des croquis d'anatomie de renard ; vue écorché de la patte avant droite, vue détaillée de l'appendice caudal, vue squelettique du fémur, vue écorché de la structure musculaire faciale. Ayden ne jeta qu'un rapide coup d’œil au résultat de ses délires et jeta les feuilles dans son lavabo. Il se refusait catégoriquement à analyser tout ça. Son mal aussi était l'empreinte de son fils. Il était l'empreinte d'un châtiment qu'il avait mérité et duquel il ne devait se départir : la carcasse putréfié de son enfant enchaînée à lui telle une sentence hindoue.

Il se passa un petit air de Vivaldi avant de partir, c'est que le temps commençait à passer et il ne voulait pas louper son rendez-vous alors que Cobb l'avait si généreusement contacté au plus bas de sa forme. Il fallait dire qu'après ce qu'il avait entendu à son sujet... il devait tout ça à Kurt. Sa tronche satisfaite d'australien ne lui revenait vraiment pas mais d'insultes en mots acérés ils avaient appris à s'apprécier. Même en conflit, deux paumés, ça finissait toujours par s'apprécier, pensa t-il avec un léger sourire, presque nostalgique. Kurt avait son petit réseau à lui, son réseau d'extracteur. C'était du temps où Ayden ne se souciait pas de ces conneries. Mais Kurt avait passé quelques soirées à jouer au poker avec des amis de son réseau et dans les discutions, on parlait souvent boulot. C'est comme ça que des premiers extracteurs apprirent l'existence du Dopplegänger, qui ne faisait pourtant que squatter la valise de Kurt. Et ses petites combines avaient fait le tour, certains essayant même d'en faire autant, certains même réussissant.

Il fallait croire que les soirées poker avait plus de succès que ne le pensait Ayden. En seulement trois mois, il fut contacté par Cobb. Sans aucune raison, il avait dit oui. Il ne pouvait plus se contenter de théoriser. Il fallait qu'il plonge la tête la première, il fallait qu'il fasse des trucs illégaux, il fallait qu'il brûle.

Les airs de Vivaldi se répandaient dans l'air dans des effluves violettes et oranges. L'espace autour de lui était différent. Midi, l'heure de la toilette. Il prit une douche brève qui n'eut pas le bénéfice de mettre fin à son trip. Il partit sans se coiffer ni se raser - les cheveux en épis relativement arrangés et la barbe drue, naissante - après avoir but une rasade de café. Il marchait avec agilité dans les rues, lévitant nonchalamment sur les trottoirs. Il avait mit une chemise grise, un veston noir, un imper en laine noir et des pantalons également gris. Une cravate rouge sang venait rompre la monotonie de son édifice. Il possédait également de nombreuses bagues en argent.

Il prit le taxi vers le Memphis College of Art et continua le chemin à pieds en faisant bien attention à ce que personne ne le suive. Il avait jeté un papier inutile dans une boîte aux lettres. Si quelqu'un était à ses trousses, cela constituerait sans doute une diversion suffisante. Arrivé à la Poplar Avenue, il entra dans cet immeuble d'une petite cinquantaine d'étages de style ancien. Un des rares dans le centre ville qui n'avaient pas étés rénovés volontairement. Le volumineux ascenseur s'ouvrait avec un accordéon en fer. Le démarrage de ce qui ressemblait plus à un monte charge lourd et bruyant lui donna le tournis et des sensation désagréables de vertige parvinrent à sa tête. Il prit une Red Apple de son paquet et engouffra une grande bouffé de nicotine dans ses poumons, son esprit se calma. Il n'éprouvait pas d'anxiété mais les effets du LSD ne s'étaient que légèrement estompés ; tant mieux. Même s'il avait des cernes plus ou moins creusés et une tête de déterré, il se sentait frais. Défoncé mais frais.

Il toqua à l'adresse qui lui avait été indiqué, appartement 507. Ce fut Cobb qui lui ouvrit, comme il était celui qui avait prit contact avec lui, il en déduisit qu'il avait le sens de l'hospitalité.

"Bienvenu Noe, je t'en pris..."

Ayden plaça sa cigarette entre ses lèvres et entra, les mains dans les poches, le pas traînant, le regard volage, tout en serrant la main de son hôte. L'appartement était luxueux mais vide à l'exception d'un long bureau sur lequel reposait des document, des solutions chimiques, des plans et autres joyeusetés qu'il avait si souvent vu chez Kurt. Les extracteurs avaient-ils eux aussi leurs stéréotypes ? Sur un mini bar au fond de l'appartement se trouvait une quantité impressionnante de café. Lui qui venait d'en boire deux tasses, il avait largement sa dose pour la journée. Le long à gauche, des baies vitrées donnaient une vue imprenable sur l'Overton Park. Une fois entrée, il fit une petite révérence de front à l'assemblée pour la saluer. Eames, qui se loirait sur une chaise lui rendit son signe dans un bref et sonore "Salut !". Pour sure ça n'était pas sa voix à l'interphone. Mais cela lui fit cependant pensé au nom de la couverture qu'ils avaient choisit auquel il du faire fasse lorsqu'il cherchait le numéro 507 dans le long tableau de l'interphone. Il eut un petit rire en pensant à cela. Sachant que c'était certainement Cobb le producteur de cette petite idée, il tourna le buste vers lui :

"Scherner&Co hein ? Pas très prudent mais sympathique, je ne pouvais pas me tromper."

Il tira une fois de plus sur sa cigarette et commença à marcher vers la baie vitrée pour contempler la vue en attendant des instructions ou plus simplement des questions.
Revenir en haut Aller en bas
Haley Stark
Admin-Cobb's Team
avatar

Messages : 1383
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 27
Localisation : Aucune idée
Emploi/loisirs : CAFEINE !
Humeur : Nerveuse

Personnage
Age PJ: Née le 02 Février 1990 (21ans). Officiellement 24.
Totem: Multiples et variables
Spécial: Surdouée - Âme vieillie

MessageSujet: Re: Recrutement de Noe Constantin   Jeu 22 Sep - 16:35

Sale période.
Voilà comment Haley traduisait les derniers évènements. D'abord, et alors que tout semblait parfaitement satisfaisant, on lui avait présenté Eames pour une mission nécessitant les services d'un Faussaire. Une première rencontre mouvementé qui avait mal terminée. Puis la vie avait reprit son train train quotidien. Et là bam ! une nouvelle recrue. Et même pas une Architecte. Non, une apprenti Faussaire... et revoilà le Eames en prof sadique. Sans parler de la nouvelle, une machine à diagnostic avec son regard calculateur évaluant le moindre de vos mouvements. Elle devait bien se l'avouer elle n'avait rien de particulier contre cette Colleen, si ce n'est cette façon de scanner les gens. Elle lui en voulait juste de lui avoir servie de modèle pour son examen et d'en avoir trop apprit sur elle par la suite. Et par la faute de qui ? Eames ! Toujours le même ! Suite à cela elle avait encore perdue du temps avec deux nouveaux apprentis architectes particulièrement mauvais qu'elle avait descendu en flèche.
Il y a avait trop de mouvement en ce moment. Trop de gens, trop de pression, trop de stress... et jamais assez de café ! Sans compter qu'elle avait dormi cette nuit, ce qui était loin d'être une bonne chose. Un sommeil de quelques heures sous sédatif, deux ou trois rêves en noir et blanc et un réveil en sursaut, rongée par l'angoisse. Elle avait passée le reste de la nuit à tester ses innombrables totems, en détruisant certains jugés obsolètes et en recréant d'autres. Une crise de larme et une douche glacée plus tard elle s'était mise en route pour le QG du moment. Nerveuse au possible, guettant la moindre traces de paradoxes et de projections suspectes, elle marchait d'un pas raidit par la paranoïa. Et pour finir Arthur l'avait appelé au sujet d'un nouvel apprenti nécessitant un dosage spécial. Ah oui et bien sûre Colleen et Eames seraient là...
Haley confirmait : Sale période.

Elle but une gorgée de son thermos et forcit l'allure. Un peu de sommeil, de la caféine, et de l'adrénaline. Haley se sentait capable de rester éveiller toute sa vie. Pour la énième fois elle réfléchit à un mélange lui permettant cette exploit mais se ressaisie aussitôt, à l'affût. Au moment d'entrer dans le bâtiment elle stoppa nette. Quelqu'un l'avait devancé. Elle resta en retrait et observa de loin l'individu - qui fumait comme un pompier- prendre l'ascenseur. Peut-être s'agissait-t-il du nouveau ? On ne lui avait rien dit dessus. Les ordres avaient été bref : apporte ton sac. Ce qu'elle avait fait bien sûre. Un sac à dos sombre pesait derrière elle. Ce type pouvait être un alien elle aurait quand même de quoi l'endormir avec tout son attirail. Trop agitée pour attendre le retour de l'ascenseur, Haley prit les escaliers d'un bon rythme mais sans se presser. Hors de question d'arriver en même temps que l'ascenseur et de se retrouver nez à nez avec l'inconnu sans Cobb et Arthur pour faire les présentations.

Effectivement elle arriva très peu de temps après l'ascenseur, et entendit même quelques mots avant de frapper à la porte. Trois petits coups rapides. La porte s'ouvrit instantanément sur Cobb.

- Haley. Tu es en retard
, dit-t-il sans reproche mais avec étonnement.

- Désolée, se conta-t-elle de répondre sans plus d'explication.

Et effectivement il n'y en avait pas besoin. Haley avait meilleure mine que d'habitude, ses cernes s'étaient estompées et tout son corps semblait plus lumineux. Bref, elle était plus jolie que d'habitude, les cellules de son corps ayant enfin reçu une infime part de ce qu'elles réclamaient jour après jours : du repos. Mais ce qui la trahissait surtout étaient ses yeux. D'un bleu gris humide, au tour encore légèrement rougit. Cobb comprit instantanément et l'accueilli d'un hochement de tête, sans relever.
Haley entra donc dans la pièce et se tendit un peu plus en découvrant que Eames aussi était déjà arrivé, se comportant comme un membre à part entière de l'équipe. Il la salua d'un demi sourire charmeur et elle détourna les yeux, cherchant Arthur. Elle le trouva et il vint lui dire bonjour avec bonne humeur, prenant le commandement des présentations.

- Ce n'est pas grave, tu n'as rien manqué et on attend encore Colleen. Mr Constantin vient d'arriver. Mr Constantin je vous présente Haley Stark notre Chimiste, Haley, Noe Constantin est là en temps que - il s'est appelé ainsi lui-même - Souffleur.


Haley toisa rapidement le dit Constantin et interrogea Arthur du regard.

- Rassure-toi tu n'es pas la seule xD C'est pour ça qu'il est ici, il va nous expliquer.


Elle acquiesça d'un signe de tête et avisa une chaise libre. Dur de faire un choix. L'une était trop proche du nouveau, l'autre trop proche de Eames. Elle opta pour la deuxième solution, s'assit, et sortit une pochette de son sac en ignorant superbement son voisin.

- Cobb, m'as dit qu'il faudrait ajuster les doses.

Chose rare, Haley prit spontanément la parole, devenant la Chimiste efficace qu'elle avait l'habitude d'être. Confiante et expéditive. Elle s'avança vers le nouveau et lui tendit se qui ressemblait à un formulaire.

- Vous devez remplir ceci avec exactitude sans rien omettre. J'insiste, en chimie neuronale il n'y pas de marge d'erreur.

Elle fronça ensuite le nez et les sourcil, dérangée par la fumée de sa cigarette. A travers la brume entourant le bonhomme elle pu toutefois discerner ses yeux. Ce qu'elle y vit ne lui plut pas. Elle pouvait reconnaître les méfaits de la drogue à des kilomètres et ce type là était sérieusement imbibé. Incapable de comprendre que l'on puisse volontairement s'infliger cela, elle pinça les lèvres de dégoût, puis conclue :

- Et je vais devoir vous demander d'éteindre votre cigarette. Cela perturbe les neurotransmetteurs de tout le monde.

Haley ne cherchait ni à être sympathique ni à être antipathique. Elle était simplement professionnelle et ne s'encombrait pas de convenances. Aussi n'eut-t-elle pas conscience de paraître autoritaire. Et à vrai dire elle s'en moquait éperdument, c'était elle la chimiste et elle n'aimait pas qu'on perturbe son travail.
Derrière elle Arthur adressa un bref sourire d'excuse au nouveau pendant que Eames appréciait l'arrière boutique de Haley. Plongeait dans ses notes, Cobb releva la tête pour intervenir quand on toqua à la porte. Arthur saisit l’occasion pour s'éloigner et accueillir sa cousine.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colleen Fanshawe
Admin-Cobb's Team
avatar

Messages : 1230
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 26
Localisation : Réalité
Emploi/loisirs : Travaille sur sa nouvelle cible
Humeur : ...Grrr

Personnage
Age PJ: 27 ans, Née le 5 Novembre
Totem: Un kaléidoscope
Spécial: Ex agent du FBI

MessageSujet: Re: Recrutement de Noe Constantin   Sam 24 Sep - 14:48

Colleen s'était levée du pied gauche ce matin là. Elle n'avait pas vraiment réussit à dormir. Ces nouveaux rapports au rêve la remuaient tout le temps. Son test avait été un succès et elle était toujours fascinée par son expérience. Elle avait eu raison d'abandonner son ancienne vie.
Mais le problème, c'est qu'elle devenait légèrement parano quand elle s'endormait. Arthur l'avait prévenu et c'était seulement temporaire. Tout ressortait différemment quand elle fermait les yeux. Elle analysait ses images oniriques avec un tout autre point de vue, comme si elle était passé derrière la caméra du film de ses rêves. Si bien que dès qu'elle ouvrait les yeuix, elle jetait un bref coup d'oeil dans son kaléidoscope, histoire de se rassurer? Après tout il était là pour ça.
Bref, elle n'avait pas bien dormit et elle n'était pas d'humeur joviale. De plus qu'Arthur l'avait appelé la veille lui annonçant qu'ils auraient la visite d'une possible nouvelle recrue. Un autre examen. Mais cette fois, Colleen faisait partie des membres du jury, et elle souriait légèrement en pensant à Haley, la juge impartiale. Son propre examen lui revint à l'esprit. Elle avait assuré, et elle en était toujours fière. Elle savait que ses dons d'imitation allaient servir un jour.
Ce matin là donc, elle ouvrit les yeux dans sa chambre d'hotel miteuse. Après s'être rassurée du monde qui l'entourait, elle s'habilla et se prépara pour se rendre au QG. Elle n'avala rien, de toute façon,n elle ne mangeait presque jamais le matin. Elle descendit dans la rue et attrapa un taxi. Elle rpit soin de ne pas descendre à la rue exacte pour qu'on ne puisse pas avoir de soupçons sur sa destination.
Sans trop se presser, elle se rendit au bâtiment. L'ascenseur était en haut. Elle l'appela et monta dans la petite cage de métal. Pendant l'ascension, elle s'imaginait à quoi pouvait le candidat. De toutes façons, elle ne s'attendait pas à l'apprécier. Encore un inconnu. Elle en avait vu trop en trop peu de jours. Et celui là n'échapperait pas à son "scanner" à humain.
Une fois l'ascenseur arrivé, elle toqua à la porte. Cette fois ce fut Arthur qui lui ouvrit, ce qui la ravit.

-Salut, désolée pour le retard.

-C'est pas grave, Haley vient juste d'arriver elle aussi.

Colleen jeta un coup d'oeil dans la pièce et y trouva Haley. Elle entra, et ses yeux se posèrent sur Cobb et sur Eames. Et là, une forte odeur de cigarette lui fit avoir un haut le coeur. Elle se mit à tousser, cherchant la source de ce nuage toxique. Ce ne fut pas long. Entre deux spasmes, elle trouva le nouveau venu près de la fenêtre, sa fumée créant un halo brumeux autour de lui. Elle jeta un regard interrogatif à son cousin qui lui répondit en hochant la tête.
Elle fit un pas en avant, permettant à Arthur de fermer la porte derrière elle. Elle regardait le nouveau avec un drôle d'oeil. Elle le toisa de haut en bas, analysant sa posture, son attitude. C'est sûr, il ne lui inspirait mais alors pas du tout confiance. C'était sans doute l'inconnu le plus antipathique qu'elle ait vu ces derniers jours. Même Eames semblait moins suspicieux que lui. Et en plus il fumait... Elle avait horreur de ça.
Elle ne le quittait pas des yeux. Ses yeux d'ailleurs d'une brillance reconnaissable, sans compter la taille immense de ses pupilles... Colleen connaissait bien ce regard et il ne jouait pas du tout en la faveur du nouveau venu. L'analyse était faite, elle ne s'approcherait pas trop de lui avant un certain temps, voire jamais... Mais où avait-il pu trouver un mec comme ça ?
Cobb cassa le silence que l'arrivée de Colleen avait instauré :

-Je te présente Noe Constantin. Il est ici pour son test en tant que souffleur.

Colleen leva juste la tête vers le nouveau et lui adressa un simple signe de tête. Ce qui était énorme pour un premier échange avec un type jugé antipathique... Arthur se pencha vers elle et lui souffla :

-Nous attendons aussi des explications sur sa fonction.

Colleen ne quittait toujours pas le fameux souffleur des yeux. Arthur la connaissait bien et il comprit son malaise.

-T'as pas à t'en faire Cole. Il vient de la part de Cobb. Détend-toi, murmura-t-il.

Colleen quitta enfin Noe des yeux pour se tourner vers Arthur. Mais elle n'était pas convaincue pour autant. Elle remarqua alors qu'Haley avait commencé son travail de chimiste. Allaient-ils tout de suite partager un rêve avec cet inconnu ?
Non, elle avait besoin d'en savoir plus avant de se brancher avec lui... Il n'était pas question qu'elle le fasse tout de suite. Cobb fini de faire les présentations.

-Noe, voici...

-Colleen. Juste Colleen.

Inutile qu'il en sache trop sur elle, et elle jugeait que savoir son nom de famille était déjà une trop grande information pour l'inconnu. Et inutile de lui dire qu'elle n'était pas vraiment enchantée de le rencontrer. La tension non verbale lui paraissait déjà trop élevée.

-
Je suis dans l'équipe comme faussaire.

Elle était bien décidée à en savoir plus sur lui et sa fonction. Exerçait-il un travail honorable ? Souffleur ? Il n'avait pas intérêt à faire quelque chose de louche. Elle devait savoir. C'est Eames qui mit les pieds dans le plat.

-Alors, M. Constantin, expliquez nous ce que votre fonction est réellement. Je pense que nous avons tous besoin d'explications ici.

Il jeta un regard à Cobb comme pour signifier que lui était exempté d'explications. Colleen attendait sa réponse avec impatience. Qui était-il ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inception-continuum.forumgratuit.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recrutement de Noe Constantin   Dim 25 Sep - 0:25

On toqua après lui. Était-il arrivé en avance ? Il consulta sa montre à bracelet et constata que non. Il appréciait que des gens viennent en retard, cela les rendaient sympathiques à ses yeux, même s'ils étaient incorrigibles. Cependant la remarque de Cobb lui fit douter de la régularité de ce retard. Il semblait surprit, l'individu y était alors pour la première fois. Il ne pouvait cependant pas se permettre aucune spéculation sur la raison.

Il s'avéra que la personne était une femme, très jeune et aussi très charmante - bien qu'il ne préféra les femmes moins négligées et moins juvéniles. Lorsque Arthur l'introduit à lui, elle le regarda un instant, comme pour le juger. Rien de plus naturel, Ayden n'en dénota rien de particulier. Cependant, il fit de même ; et il y avait matière à apprendre sur cette femme. Tout d'abord, ses yeux - qui étaient également remarquables de beauté - montraient d'une façon ostentatoire des signes évidents de cruels troubles du sommeil et d'une récente crise de larme sans doute, mais rien n'était sure à ce propos. La jeune femme était donc un voyageur de l'esprit confirmé. Mais ses signes mécaniques et son apparat en disaient encore plus sur elle : un habillement sobre et fonctionnel, pas de maquillage, une posture droite et soutenue, aucun doute qu'elle avait reçue une formation - au moins policière sinon militaire. Et puis tout ses infimes tremblements, ses doigts qui pulsaient inconsciemment, une de ses paupières qui sautait imperceptiblement ainsi que ses ongles, choses que Noe savait reconnaître d'expérience. Onychophagie, paranoïa, agrypnie ; cette fille était un catalogue névrotique ambulant au moins autant qu'il en était un toxicologique, il n'y avait qu'à se servir. Il décida donc d'y aller doucement avec elle : peut être montrerait-elle des signes d'agressivité non contrôlé, peut être assisterait-il à des crises de nerfs. Ses réflexes de médecin lui intimèrent de la mettre à l'aise.
Pour l'instant, il ne fit que lui adresser un signe de tête afin de la saluer.

Elle s'installa et déballa ses affaires. Une chimiste ? Dans quoi s'était-il engouffré. Il avait l'impression d'être l'assistant d'un neurochirurgien alcoolique.
Celle-ci doit passer des heures interminables à recommencer ses dosages à la pipette. pensa t-il un instant.

"Cobb, m'as dit qu'il faudrait ajuster les doses."
Ayden se détourna de la baie pour répondre à son interlocutrice, s'adressant aussi bien à Cobb qu'à elle.
"Oh rien de bien méchant ; j'ai remarqué avoir une sensibilité particulièrement prononcé au son pendant mon sommeil. Il faudra juste privilégier la réduction de la fonction acoustique de l'enclume pour pas qu'elle prennent en compte l'oreille int... pardonnez moi, je ne vous apprend rien."
Il n'avait pas l'habitude d'être confronté à des experts, aussi se sentit-il un peu bête sur le coup, mais la suite des évènements le tira de sa gêne.

"Vous devez remplir ceci avec exactitude sans rien omettre. J'insiste, en chimie neuronale il n'y pas de marge d'erreur. "
Ayden s'assit à la table et consulta le questionnaire. Les questions étaient précises. Il sortit un stylo de son manteau et déposa ce dernier sur le dossier de sa chaise avant de remplir les quelques pages de questions.

"Et je vais devoir vous demander d'éteindre votre cigarette. Cela perturbe les neurotransmetteurs de tout le monde."
Sa requête ne le gêna pas le moins du monde, au contraire, elle dénotait d'un professionnalisme certain, à moins qu'il ne s'agisse là d'une réaction hostile suite à un jugement de Cohen qui savait bien les effets de la drogue d'une visibilité sans pareille sur son visage. Mais plongé comme il était dans le questionnaire, il mit quelques secondes avant de réaliser ce qu'elle lui avait dit.
"Oh bien sure, excusez moi." Fit-il d'un ton quelque peu confus et pénitent. Comme il n'y avait pas le moindre cendrier, il écrasa sa cigarette sur la semelle de sa chaussure.

"C'est pour cela que vous n'êtes pas monté dans l'ascenseur en même temps que moi ? J'aurais parfaitement compris vous savez." Et voilà, le Ayden de toujours avait refait surface. Mais c'était là une version courtoise et pour le moins édulcoré de celui-ci. Il n'était sarcastique que face aux personnes agressives. Il savait que si elle ne n'arrivait pas gérer son stress, elle le serait ; mais il n'avait aucune raison de la dorloter, elle n'était pas un de ses patients et si elle était dans cette équipe, c'est qu'elle avait la tête sur les épaules.

Il se plongea de nouveau dans son questionnaire, donnant les information exigées avec la précision que lui avait demandé Haley. Lorsqu'il eut finit, il le déposa à côté d'elle pour qu'elle puisse le consulter immédiatement et se tourna vers le chef d'équipe afin d'attendre la suite des évènements. Même s'il se doutait de ce qui allait arriver, ça n'était pas à lui de faire avancer les choses à l'étape suivante. Quelle ne fut cependant pas sa surprise de constater qu'une autre personne était présente, le regardant intensément. C'était une autre femme et elle aussi très agréable à regarder. Elle devait avoir 25 ans, classe sans être snobe ou excentrique, distingué, bref une femme comme Ayden les aimait. Mais son regard validait la non réciprocité des choses. Encore une paranoïaque ? Il répondit à son signe de tête par l'idem accompagné d'un "Mademoiselle." des plus formels bien que courtois.

Arthur prononça quelques mots à voix basse à l'attention de la femme et bien qu'il n'ait pas vraiment écouté, il savait que c'était des paroles rassurantes. Le ton ne trompait jamais, et encore moins le léger changement d'attitude de la personne qui le reçut. Elle lui parut infiniment impressionnable ; et bien qu'il s'avoua là une exagération évidente, il pensait qu'il y avait tout de même une part de vrai. Au final, c'était bon signe, c'était un élément sur lequel il pourrait travailler facilement et qu'il n'en serait pas moins facile à motiver en cas faiblesse momentané.

"- Noe, voici...

- Colleen. Juste Colleen."

Chouette une femme réservé. C'est tellement amusant à explorer.

Il adorait découvrir plein de choses sur les personnes qui ne le voulaient pas, c'était une des parties malsaines de son esprit sinon les plus agaçantes. Ça semblait cohérent avec la façon exagéré dont elle l'avait détaillé. Il eut un sourire tout ce qui avait de plus enchanté, bien que discret.

"- Je suis dans l'équipe comme faussaire.
- c'est ce que je vois. Fit-il d'une voix amicale et amusé par la réserve de Colleen.
-Alors, M. Constantin, expliquez nous ce que votre fonction est réellement. Je pense que nous avons tous besoin d'explications ici."

Il comprit que Cobb ne les avaient pas briefé sur son activité pour que lui même le fasse. Il s'engagea alors dans une didactique qu'il avait eut de si nombreuses fois avec son miroir alors même qu'il découvrait les possibilités qu'il maîtrisait maintenant avec aisance. Il s'installa confortablement sur sa chaise, la jambe gauche sur son genou, trahissant volontairement sa classe professionnelle. Il s'adressa directement à l'émetteur de la question.

"- Admettons que je vous demande de rattraper la pièce au vol.
- Euh, quelle pièce ?"

Ayden lui lança alors une pièce qu'il avait discrètement prit de sa poche et qu'Eames récupéra par réflex d'un air surprit.

"La question est : l'auriez vous rattrapé si je ne vous en avais pas parlé, bien qu'au moment où j'avais énoncé ma proposition vous n'aviez aucune idée de ce dont je vous parlais ? En fait, l'exemple paraît pertinent mais il est incorrect. Peut être que vous aurez plus de chance avec la deuxième."

Il fit mine de relancer une pièce de la même manière que la première fois, mais sa main était vide. Eames eut un geste réflex qui parut ridicule en vue de son son inutilité, ce qui fit rire immanquablement Ayden. Arthur eut un petit sourire narquois mais discret.

"L'association. Un pouvoir indispensable de l'homme et qui peut être utiliser à notre avantage. Elle permet une construction et une utilisation détourné, une médiation entre le stimuli et la réaction qu'elle suggère. En tant que médiation elle n'est pas totalement soumise à leurs parties dont elle est l'intermédiaire. Elle est en quelque sorte, plastique."

Tout en parlant, il sortait une cigarette de son paquet. Lorsqu'il fut sur le point de l'allumer, il se rendit compte de sa méprise et de l'ironie de la situation, regarda sa cigarette avec un petit sourire et la rangea.

"Par le biais de l'hypnose mais aussi et surtout de l’association libre, on peut non seulement avoir un accès à l'inconscient de l'individu - ce qui concrètement permet dans un rêve de prendre des informations sur la raison de la présence et de la forme des projections - mais aussi créer des associations entre stimuli et réaction. Appliqué au rêve, ça devient très intéressant : les associations peuvent être différés selon les strates et donc devenir totalement inconscientes au lieu de simplement imprévisibles.

- Désolé de te couper mais concrètement, ça donne quoi comme résultat ?"


Ayden s'arrêta un instant, la tête penché en arrière - comme après avoir avalé une pilule d'ecstasies - pour réfléchir à un exemple, et reprit de sa voix de vieux loup de mer.

"Concrètement. Vous pouvez suggérer à votre cible de faire des actions simples et localisés ou de ressentir des émotion particulières. Pour prendre un exemple bien défini - quoique réducteur -, vous voulez réaliser une extraction sur un individu. Admettons qu'il ressente une émotion intense - qui peut être provoqué par vous même - un peu avant d'être endormit (disons dans la journée). Tout le monde sait que les rêve normaux se construisent en partit avec les matériaux psychiques accumulés pendant la journée. La sonnerie d'un téléphone annonçant une mauvaise nouvelle, provoquant une frustration ou quoi que ce soit d'autre qui mobilise suffisamment d'énergie psychique est un bon exemple. Répétez ce stimuli et le même état associé se reproduira. En utilisant l'hypnose, ça peut aller encore plus loin : Vous voulez que la cible fasse tomber un document sans le faire exprès ? Pas de problème. Insistez sur les dangers d'une perte de ce genre, l'important est d'attirer l'attention de celle-ci sur un objet vers lequel va se tourner une partie du psychisme et ainsi élever l'objet en terme d'importance, ensuite associez y un stimuli et il ne vous restera plus qu'à le reproduire au niveau N-2."

- En gros on peut faire faire ce qu'on veut à la cible si on lie tout ça avec des émotions fortes.

- On peut voir ça comme ça. Après ça devient plus intéressant quand on fait ce genre de chose sur les membres de l'équipe."


Noe afficha un sourire sardonique à la réaction desdits membres de l'équipes. Il se leva et se dirigea vers le panneau Veleda afin d'éclaircir ses futurs propos par des schémas. Eames prit de nouveau la parole, s'adressant à tout le monde.

"Je sais pas pour vous mais j'ai pas envie de me mettre à poil au son de l'horloge.

- Ce ne sera pas nécessaire. Ce qui en revanche est intéressant, c'est les suggestions synchrones et les suggestions en abîmes. Hem... Exemple de suggestion synchrone : associer une musique à l'acte de création architecturale chez l'architecte et la cible. Seule l'architecte pourra produire la création bien sure, mais la cible tendra sans le savoir à essayer, notion inconsciente que les projections perçoivent quant à elles. Ainsi quand l'architecte modifiera inconsciemment le rêve, le stimuli sera commun à l'architecte ET à la cible qui, elle, tentera la même réaction au même moment. Les projections croiront donc que ces transformations seront l’œuvre de la cible et non d'un agent étranger. C'est ainsi qu'on peut modifier la structure immeuble du rêve sans se faire attaquer par les projections."

Il effaça son schéma en espérant que tout le monde ait comprit, normalement ça ne devait pas être difficile pour peu qu'il n'encombrait pas leur esprit avec des détails.

"Exemple de suggestion en abîme. Au niveau N-1, on fait écouter un stimuli particulier tel un son à un faussaire pendant sa période de morphisme. Et ce même faussaire demande une information à la cible qu'elle n'est pas obligé de posséder ; l'important est que cette information soit transformé en passant une strate en information qui soit importante pour nous. Au niveau N-2 il suffira de faire retentir le son en question pour que le faussaire, dans sa forme originale, adopte inconsciemment le comportement de la personne qu'il a mimé. Ce comportement rappellera à la cible le proche correspondant et il se peut qu'il se mette à écrire sans même s'en rendre compte les informations que l'on cherche, comme l'emplacement d'un coffre ou son numéro d'accès. Il y a encore plein d'autres domaines à exploiter mais on pourrait y passer plusieurs jour. Comme c'est une pratique extrêmement peu répandue, ça sera à vous de juger l'utilité de cette fonction. Vous n'aurez donc pas uniquement à analyser la réussite de celle-ci, mais l'importance de leurs exploitations potentielles."

Ayden jongla un instant avec le feutre et le posa, avant de s'assoir de nouveau en attendant des réactions ou des questions.


Dernière édition par Ayden Cohen le Lun 26 Sep - 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Haley Stark
Admin-Cobb's Team
avatar

Messages : 1383
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 27
Localisation : Aucune idée
Emploi/loisirs : CAFEINE !
Humeur : Nerveuse

Personnage
Age PJ: Née le 02 Février 1990 (21ans). Officiellement 24.
Totem: Multiples et variables
Spécial: Surdouée - Âme vieillie

MessageSujet: Re: Recrutement de Noe Constantin   Lun 26 Sep - 14:24

[Ayden, pense à mettre les dialogues en gras, que l'on ne les confonde pas avec les pensées Smile Merci !]

Haley prit mentalement note des ajustements à faire pour le nouveau et n'eut strictement aucune réaction quand il commença à lui expliquer de quoi il en retournait. Heureusement quand même il s'arrêta bien vite, se souvenant qu'elle connaissait son domaine, et eut la présence d'esprit d'éteindre sa cigarette sans faire d'histoire. A ce sujet, l'ajustement ne devrait pas uniquement prendre en considération ce problème de sensibilité acoustique, mais bien les doses de drogues. Un calvaire pour les neurotransmetteurs et liaisons synaptique. Et donc une révision d'équation à prévoir. Il avait tout intérêt à ne rien omettre de ses consommations, sinon bonjour les nausées...

"C'est pour cela que vous n'êtes pas monté dans l'ascenseur en même temps que moi ? J'aurais parfaitement compris vous savez."

Plutôt étonnant qu'il l'ai remarqué, elle était derrière lui. Elle ne releva pas et ne fit rien qui puisse lui faire comprendre qu'elle avait entendu. Pour l'heure tout ce qui l’intéressait était le formulaire.
Colleen arriva entre temps et au lieu de la perturber d'avantage, cela la rassura quelque peu. Au moins elle la connaissait un peu. Pas qu'elle l'apprécie. Mais c'était un visage répertorié. Comme elle s'y attendait, la jeune femme scanna le nouveau du regard. Allait-t-elle lui offrir son diagnostic ? Apparemment elle préférait rester silencieuse. Noe ne semblait pas l'avoir encore remarqué et il remit le formulaire complété à Haley qui s’empressa de le consulter tout en sortant minutieusement ses instruments. Bon sang... elle allait avoir du boulot.
Constatant enfin la présence de Colleen, le nouveau la salua. Les présentations furent brèves, Colleen préférant les écourter. Ce qui plut assez à Haley. Elle n'était donc pas la seule à se méfier...

- Je suis dans l'équipe comme faussaire.


- C'est ce que je vois. Fit-il d'une voix amicale et amusé par la réserve de Colleen.

* Ce qu'il voit ? Comment ça ? *

Le doute s'insinua en elle comme du poison. Cette réflexion ne lui plut pas du tout. Quelque part dans son cerveau un panneau "Danger!" se mit à clignoter furieusement.

-Alors, M. Constantin, expliquez nous ce que votre fonction est réellement. Je pense que nous avons tous besoin d'explications ici.

Elle était bien d'accord avec Eames - pour une fois. Des explications, et vite avant que son pressentiment ne se change en promesse d'"erreur involontaire de dosage".
Visiblement à l'aise, le nouveau s'installa comme s'il était chez lui et commença son exposé par un exemple qui utilisa le Faussaire comme cobaye. Juste retour des choses, aurait-t-elle pu penser si elle n'avait pas été si occupée à décortiquer l'analyse de Noe.
Peu à peu ses doutes se muèrent en certitude.

Certains mots prononcés par Constantin se convertissaient en surbrillance dans son esprit. Association ; Stimuli ; Médiation ; Réaction...

Manipulation.

Psy ! C'était tout juste si elle n'entendait pas une alarme stridente lui vriller les tympans. Aussitôt Haley prit deux décisions inébranlables : Premièrement elle graverait chaque mot de Noe Constantin dans sa mémoire, important de connaître les projets d'un ennemi potentiel. Deuxièmement elle ne partagerait pas le rêve.

Forte de ses constatations elle s'imposa son éternelle attitude neutre et passa en mode mémoire éponge tout en écoutant la suite.

"Par le biais de l'hypnose mais aussi et surtout de l’association libre, on peut non seulement avoir un accès à l'inconscient de l'individu - ce qui concrètement permet dans un rêve de prendre des informations sur la raison de la présence et de la forme des projections - mais aussi créer des associations entre stimuli et réaction. Appliqué au rêve, ça devient très intéressant : les associations peuvent être différés selon les strates et donc devenir totalement inconscientes au lieu de simplement imprévisibles.

- Désolé de te couper mais concrètement, ça donne quoi comme résultat ?"


A ce stade là Haley avait déjà quelques objections, niveau projections, mais elle se tut, accoutumée au fait que la plupart des esprits aient besoin d'un exemple pour illustrer une théorie. Elle, n'aimait pas s'encombrer d'exemple, elle prévoyait ce que cela impliquait d'office.

"Concrètement. Vous pouvez suggérer à votre cible de faire des actions simples et localisés ou de ressentir des émotion particulières. Pour prendre un exemple bien défini - quoique réducteur -, vous voulez réaliser une extraction sur un individu. Admettons qu'il ressente une émotion intense - qui peut être provoqué par vous même - un peu avant d'être endormit (disons dans la journée). Tout le monde sait que les rêve normaux se construisent en partit avec les matériaux psychiques accumulés pendant la journée. La sonnerie d'un téléphone annonçant une mauvaise nouvelle, provoquant une frustration ou quoi que ce soit d'autre qui mobilise suffisamment d'énergie psychique est un bon exemple. Répétez ce stimuli et le même état associé se reproduira. En utilisant l'hypnose, ça peut aller encore plus loin : Vous voulez que la cible fasse tomber un document sans le faire exprès ? Pas de problème. Insistez sur les dangers d'une perte de ce genre, l'important est d'attirer l'attention de celle-ci sur un objet vers lequel va se tourner une partie du psychisme et ainsi élever l'objet en terme d'importance, ensuite associez y un stimuli et il ne vous restera plus qu'à le reproduire au niveau N-2."

Et voilà qui confirmait non seulement sa compréhension première et son sentiment de malaise. Un vil manipulateur... Utile en utilisation sur cible en tout cas, elle ne pouvait le nier.

- En gros on peut faire faire ce qu'on veut à la cible si on lie tout ça avec des émotions fortes.


- On peut voir ça comme ça. Après ça devient plus intéressant quand on fait ce genre de chose sur les membres de l'équipe."

Et voilà ! Voilà pourquoi elle n'aimait pas les psy, les hypnothérapeutes et autres mentalistes, toute cette catégorie de personne trouvant un plaisir malsain à manipuler, contorsionner et briser les esprits. Parce qu'ils ne se contentaient jamais d'en faire bon usage. Oh bien sûre ils prétendaient tous agir pour "le bien du patient, du sujet, de l'individu...." puis on passait inexorablement de l'état de patient à celui de cible. La preuve en était faite... Mais pire que tout, Noe venait d'enflammer son ressentiment en quelques mots. En effet en commençant par prôner l'intérêt des extracteurs il se désigner comme membre de l'équipe et seule la cible faisait l'objet de ses sournoiseries. Mais maintenant le ton changeait, il s'agissait d'appliquer la manipulation à ses propres coéquipiers. Et ça, c'était inacceptable. Pour un peu Haley aurait sortit un flingue et l'aurait abattu aussitôt. Après tout mieux vaut prévenir que guérir, non ?

- Je sais pas pour vous mais j'ai pas envie de me mettre à poil au son de l'horloge.

Eames ne le savait sans doute pas mais il venait d'éviter un pugilat émotionnel... voir pire. Sa réflexion stoppa momentanément la paranoïa de Haley en déclenchant une chose exceptionnellement rare : une envie de rire. Elle du mobiliser toute sa volonté pour ne pas exploser de rire et retenir jusqu'au frémissement de la commissure de ses lèvres. Il avait une façon de démystifier la chose qui fit battre en retraite ses instincts de survie. C'est donc avec plus de recul qu'elle pu écouter la suite.

- Ce ne sera pas nécessaire. Ce qui en revanche est intéressant, c'est les suggestions synchrones et les suggestions en abîmes. Hem... Exemple de suggestion synchrone : associer une musique à l'acte de création architecturale chez l'architecte et la cible. Seule l'architecte pourra produire la création bien sure, mais la cible tendra sans le savoir à essayer, notion inconsciente que les projections perçoivent quant à elles. Ainsi quand l'architecte modifiera inconsciemment le rêve, le stimuli sera commun à l'architecte ET à la cible qui, elle, tentera la même réaction au même moment. Les projections croiront donc que ces transformations seront l’œuvre de la cible et non d'un agent étranger. C'est ainsi qu'on peut modifier la structure immeuble du rêve sans se faire attaquer par les projections."

Haley le regarda faire son petit schéma et en éprouva une certaine forme de mépris.

- Exemple de suggestion en abîme. Au niveau N-1, on fait écouter un stimuli particulier tel un son à un faussaire pendant sa période de morphisme. Et ce même faussaire demande une information à la cible qu'elle n'est pas obligé de posséder ; l'important est que cette information soit transformé en passant une strate en information qui soit importante pour nous. Au niveau N-2 il suffira de faire retentir le son en question pour que le faussaire, dans sa forme originale, adopte inconsciemment le comportement de la personne qu'il a mimé. Ce comportement rappellera à la cible le proche correspondant et il se peut qu'il se mette à écrire sans même s'en rendre compte les informations que l'on cherche, comme l'emplacement d'un coffre ou son numéro d'accès. Il y a encore plein d'autres domaines à exploiter mais on pourrait y passer plusieurs jour. Comme c'est une pratique extrêmement peu répandue, ça sera à vous de juger l'utilité de cette fonction. Vous n'aurez donc pas uniquement à analyser la réussite de celle-ci, mais l'importance de leurs exploitations potentielles."

Ayden jongla un instant avec le feutre et le posa, avant de s'assoir de nouveau en attendant des réactions ou des questions.

Haley ne savait si c'était à elle ou pas d'intervenir. Son travail consistait à évaluer un travail hors il n'y avait là que des théories, peut-être devait-t-elle laisser le Boss et Arthur prendre seuls cette décision ? Puis elle se souvint qu'elle ne risquait pas de pouvoir évaluer qui que ce soit puisqu'elle ne comptait pas partager le rêve. Son excuse était déjà toute prête "Vu ce qu'il a fait subir à son cerveau, je dois surveiller sa réaction au sédatif." Ils n'en demanderaient pas plus. Mais si elle ne disait rien maintenant elle s’exclurait de la décision et n'aurait peut-être plus son mot à dire plus tard.

- Intéressant...

Bien, Cobb ayant ouvert l'exposé des premières impressions elle se sentait moins mal à l'aise à l'idée de s'exprimer en publique. Ceux qui la connaissaient furent quand même surprit de l'entendre parler. Et surtout autant sans qu'il s'agisse de chimie neuronale.

- L’association appliquée à une cible est un bon concept. Si elle est bien exécutée cela pourrait considérablement nous faciliter les choses. Un gagne temps. Maintenant il faut compter sur la plus ou moins maniabilité de l'esprit du sujet. Le changement de strate devrait amoindrir sa résistance mais on ne sait jamais sur quel esprit réticent on peut tomber et donc faire foirer l'opération en signalant nos intentions. Les projections nous élimine, fin du contrat.

Eames se crut malin d'ajouter :

- Très optimiste.


Haley ne lui accorda pas un regard - fidèle à sa précédente résolution qui consistait à ne plus regarder le Faussaire qu'en cas d'absolue nécessite - et Arthur répliqua.

- Je suppose que M.Constantin est un grand professionnel, sinon Cobb ne l'aurait pas appelé.

Dur de dire s'il cherchait à rassurer Haley ou s'il y avait une critique sous-jacente visant Cobb.

* Nous verrons * pensa-t-elle avec fouge, prête à défendre son libre arbitre à coup de batte de baseball psychique.

- L'exemple de la suggestion synchrone au niveau architectural est excellente. Escroquer la cible pour ne pas attirer l'attention des projections. Particulièrement commode.


"Commode". Un compliment d'envergure titanesque venant de Haley. Et toujours accompagné de sa réaction égale... et opposée.

- Mais je vois deux problèmes à vos théorie, M.Constantin. Le premier concerne les projections. Vous en parler peu mais semblez leur accorder une dimension qu'elles n'ont pas. Mais ce qui me gène en particulier et alourdit votre exposé est l'association appliquée aux extracteurs. Architectes et Faussaires n'ont aucunement besoin d'être manipulés pour créer ou mimer, ils savent ce qu'ils ont à faire sans que quelqu'un tire les ficelles. La manipulation ne doit atteindre que la cible et elle seule. En aucun cas les membres de l'équipe. C'est à la fois inconvenant et parfaitement inutile.


Sa tirade laissa place à une petite seconde de silence durant laquelle Eames regarda Haley comme s'il s'agissait d'une espèce particulièrement féroce de panthère qu'il avait prit pour un chaton. Cobb et Arthur s'attendaient à ce genre de réplique et s'ils y étaient accoutumés ils craignaient toujours les réactions des non initiés. Arthur brisa le silence.

- Je suis d'accord pour dire qu'il est inutile de nous forcer à nous synchroniser. Mais je suis curieux de voir ce que cela donne en pratique. Si la cible répond bien à la manipulation pendant le rêve...

Cobb acquiesça.

- Cette optique ouvre les portes à une nouvelle forme d'extraction. Plus simple, rapide. Peut-être moins intrusive aussi.
Ton avis Colleen ?

_________________


Dernière édition par Haley Stark le Mar 11 Oct - 8:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colleen Fanshawe
Admin-Cobb's Team
avatar

Messages : 1230
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 26
Localisation : Réalité
Emploi/loisirs : Travaille sur sa nouvelle cible
Humeur : ...Grrr

Personnage
Age PJ: 27 ans, Née le 5 Novembre
Totem: Un kaléidoscope
Spécial: Ex agent du FBI

MessageSujet: Re: Recrutement de Noe Constantin   Lun 10 Oct - 15:12

Colleen observait la scène, affichant une neutralité totale... Mais à l'intérieur, c'était le Choc des Titans. Elle avait beau être une tête en sciences mathématiques et physiques, elle n'approchait le domaine de l'extraction et du rêve partagé que depuis quelques jours. Elle comprenait des mots, des idées, des théories, mais elle ne savait pas concrètement ce que cela représentait... Elle était quelqu'un de terre à terre, de physique. Il lui fallait quelque chose de palpable, de visuel... Ce qu'elle savait par contre, et ce qu'elle avait comprit dans les grandes lignes, c'est que le Noe en question était un manipulateur, un décrypteur de comportements humains, un maître à danser pour les cibles. Et elle n'aimait pas ça. Pour elle, la psychologie n'était pas une science exacte. C'était seulement de l'aléatoire, des conjectures basées sur un panel humain qui ne représentait en rien l'ensemble numéraire et les variables comportementales. Et que quelqu'un utilise cette néo-science de rien du tout l'énervait. En plus, le type en question n'était pas des plus rassurants.
Elle vit que Cobb attendait sa réponse. Mais elle ne savait pas quoi dire. Elle ne savait pas assez de choses sur l'extraction, l'impact de ses actes et de ses théories. Elle n'était là que depuis peu et n'avait fait qu'une seule expérience de rêve partagé. Son expérience sur l'extraction et tous ses ressorts, ses effets, ses différentes utilisations et mises en place, était encore inachevé, et face à cette question, elle ne pouvait se prononcer.

-Et bien, je dois avouer que pour l'instant, je ne sais trop quoi dire. J'ai encore des tas de choses à apprendre sur l'extraction et les multiples possibilités qu'offre le rêve partagé. Je ne pense pas être la mieux placée pour l'instant pour donner un avis pertinent.

- C'est vrai Cobb, elle n'a pas autant d'expérience que nous. Comment tu veux qu'elle donne son avis. Elle n'a même pas explorer toutes les capacités du rêve partagé.

-Oui, c'est vrai qu'elle manque de connaissances de base. Je ne dit pas que tu es stupide hein Colleen. C'est juste que tu ne sais pas encore grand chose sur l'extraction et ses différentes formes de mise en place.

-Mais j'entends bien.

-C'est vrai que nous en parlons comme quelque chose d'acquis et de naturel. On fait ça depuis tellement longtemps...

Il eut un sourire nostalgique, et triste.

-Mais ton apprentissage reste à faire. Arthur a raison. Mais bientôt tu seras une extractrice pure et dure.

-Comme nous. Tu verras, ça vient très vite...

Colleen était surprise de l'engouement soudain de Cob et Arthur. Ils aimaient ce qu'ils faisaient, ça c'est sûr...

- En attendant, j'ai besoin de voir le travail et les théories de M. le nouveau. Ainsi, je pourrais me faire ma propre idée, et répondre de manière concrète et pertinente...


-Et pour ça, quoi de mieux qu'un petit sommeil réparateur ?
, dit-il dans un sourire.

-Réparateur, c'est vite dit...
, lança-t-il dans un soupir d'exaspération.

-Humour Arthur, humour...


Il jeta un bref regard à Colleen, vérifiant qu'il n'était pas allé trop loin et que la garde du corps d'Arthur ne lui saute pas dessus. Mais Colleen se broncha pas. Elle lui lança seulement un regard d'avertissement.

-Bon et bien, qu'en pensez-vous M. Constantin ? Voulez-vous nous montrer vos talents ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inception-continuum.forumgratuit.org
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Recrutement de Noe Constantin   Lun 17 Oct - 21:35

"- Intéressant... "

Cobb avait ponctué la fin de l'exposé comme il se devait, invitant implicitement à des remarques. Ce fut la jeune femme du nom de Haley qui prit la parole. Ayden s'attendait à cela. En fait, au vu de ses dispositions durant sa petite présentation rapide, il s'attendait à se faire sèchement incendier.

- L’association appliquée à une cible est un bon concept. Si elle est bien exécutée cela pourrait considérablement nous faciliter les choses. Un gagne temps. Maintenant il faut compter sur la plus ou moins maniabilité de l'esprit du sujet. Le changement de strate devrait amoindrir sa résistance mais on ne sait jamais sur quel esprit réticent on peut tomber et donc faire foirer l'opération en signalant nos intentions. Les projections nous élimine, fin du contrat.

La remarque le surprit quelque peu.

"- Eh bien je ne me rappel pas avoir dis qu'il soit nécessaire de dévoiler quelque intention que ce soit. Mais je pense que par là vous entendez la transparence de nos intention dans l’exécution des méthodes. Dans ce cas je pense que la vigilance qui s'impose durant celles-ci est la même que celle qu'un extracteur se doit d'observer en toute circonstance. Et la simplicité des suggestions - surtout de mise pour leur efficacité - évite également la détection.

Ne se contentant pas de cette remarque, elle gratta encore dans son argumentation, ce qui n'était pas surprenant. Et puis après tout, il s'agissait là, en quelque sorte, d'une mise à l'épreuve, c'était donc tout à fait naturel.

- L'exemple de la suggestion synchrone au niveau architectural est excellente. Escroquer la cible pour ne pas attirer l'attention des projections. Particulièrement commode. Mais je vois deux problèmes à vos théorie, M.Constantin. Le premier concerne les projections. Vous en parler peu mais semblez leur accorder une dimension qu'elles n'ont pas. Mais ce qui me gène en particulier et alourdit votre exposé est l'association appliquée aux extracteurs. Architectes et Faussaires n'ont aucunement besoin d'être manipulés pour créer ou mimer, ils savent ce qu'ils ont à faire sans que quelqu'un tire les ficelles. La manipulation ne doit atteindre que la cible et elle seule. En aucun cas les membres de l'équipe. C'est à la fois inconvenant et parfaitement inutile."

Noe hochait la tête d'un signe affirmatif, si elle n'était pas en accord avec ses théories, du moins était elle réceptive.

"- J'entends bien. Pour répondre dans l'ordre. Je ne pense pas accorder une dimension aux projections qu'elles n'ont pas. Si quelqu'un devait l'avoir fait, c'est celui qui a attribué le nom de subconscient à la modalité de ses projections. Bien sure, la théorie psychanalytique a ses faiblesses, elle n'a pas la rigueur méthodologique de la psychologie cognitive qui a mené au voyage onirique mais il n'en n'est pas moins incontestable - sauf peut être chez les esprits étroits et bornés - qu'elle est un excellent outil pour l'assisté. Nier l'importance des projections c'est nier l'existence même d'un inconscient.
Ensuite, en ce qui concerne la suggestion sur les coéquipiers, je comprend parfaitement que ça vous fasse peur et je suis d'accord pour dire que des pratiques de ce genre soulève tout un tas de problèmes déontologiques. Je ne l'ai pas fais de nombreuses fois personnellement et c'était toujours avec des amis qui avaient confiance en moi et en qui j'avais confiance - un cas qui semble rare dans cette branche de l'industrie du trafique de l'information à ce qu'on m'a dit. Néanmoins, ça n'est pas toujours inutile. Si l'utilisation n'est pas pertinente en temps normal, il existe certaines situations - certes rare - où cela peut s'avérer utile comme par exemple dans un cas où l'expert qu'est l’extracteur se trouve dans l'incapacité technique de prendre des informations sur la situation et donc de savoir à quel moment et comment il doit agir. Cela dit, j'ai surtout donné cet exemple pour vous faire prendre conscience du fait que les méthodes peuvent être combinées entre elles et donner lieu à de nouvelles pratiques qui ne s'arrêtent pas à mes seules connaissances."


La seconde femme quand à elle, était plus réservé, et son avis moins prononcé. Apparemment, elle n'avait pas beaucoup d'expérience dans le domaine. Il est vrai que le voyage onirique expose un univers tout à fait nouveau à l'être humain, difficile d’appréhension. Depuis la nuit des temps, l'Homme s'interroge à propos des rêves, ils sont parfois même le ferment de certaines cultures. Et aujourd'hui, cet univers est entièrement accessible à tout un chacun et contrôlable qui plus est. Pour cette raison est seulement celle-ci, Ayden estimait vivre dans une belle époque. Bien sure, il y avait les revers. Et comme par hasard, ces revers étaient du aux humains qui faisaient du rêve un outil d'intrusion et de vol, un outil de violence. Il savait que tout sera transformé lorsque cette technologie sera accessible au grand publique : législation, publicité, tendance mais aussi des grands talents, des exploitations nouvelles, innovantes, originales, artistiques : on y verrait le meilleur comme le pire.

Eames prit l'initiative de proposer une mise en situation. Noe ne s'attendait pas à passer aussi vite à cette étape. Mais il fallait croire qu'il avait à faire à des pragmatiques, ce qui était tout à fait compréhensible.

"- Faisons. Tout le monde au lit ! lança Cobb en claquant des mains tel un metteur en scène qui chauffait son équipe, ce qui était à peut être le cas."

Ladite équipe, suivie de prêt par l'intéressé, se rendit au fond de l'appartement dans lequel se trouvait les transats et le matériel connexion onirique. Les extracteurs s'asseyaient tous comme si une place leur avait été désigné d'avance, et Noe se plaça sur celui qui lui semblait n'être destiné à personne, relevant sans s'en rendre compte la manche qui couvrait celui de ses bras qui n'était pas recouvert de cicatrices éparses. Chacun serrait contre lui son totem. Noe n'en avait pas envie. En fait, il n'aimait pas son totem, il lui rappelait de mauvais souvenirs. S'il le gardait, c'est uniquement parce que, quelque part, il faisait aveuglément confiance à son ami qu'il lui en avait recommandé un de toute urgence. Ceci dit, il se sentait de toute façon mieux en rêve que dans la réalité, il avait l'impression que le fait d'être dans un rêve l'éloigné de sa vie passée. Aussi ne s'en servait-il qu'en de rares occasions et par coquetterie pourrait-on dire.

"- Votre machine à connexion est moins effrayante que celle que j'utilisai d'habitude, c'est un bon signe.
- Ça c'est parce que tu l'as pas encore testé."
Revenir en haut Aller en bas
Haley Stark
Admin-Cobb's Team
avatar

Messages : 1383
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 27
Localisation : Aucune idée
Emploi/loisirs : CAFEINE !
Humeur : Nerveuse

Personnage
Age PJ: Née le 02 Février 1990 (21ans). Officiellement 24.
Totem: Multiples et variables
Spécial: Surdouée - Âme vieillie

MessageSujet: Re: Recrutement de Noe Constantin   Mer 19 Oct - 13:12

[HRP : Navrée, je me doute qu'en lisant vous devez trouver Haley parfaitement horripilante mais elle est parfois comme ça et je trouve que ça met du piment dans l'histoire qu'il y ait des fritages entre persos ^^"]

Haley n'eut pas le laxisme de Cobb et Arthur à l'égard de Colleen. Ne pas avoir d'opinion était une chose grave à son avis. Et les connaissances de bases ne pesaient pas lourd là dedans, il s'agissait simplement de savoir si l'on voulait ou non qu'un inconnu drogué joue avec leur libre arbitre. Pour sa part la réponse était clair nette et précise : Non. Mais puisque Colleen avait besoin de plus d'éléments de bases pour se forger une opinion et émettre un commentaire, très bien. Haley lui concocterait un livret détaillant point par point tout ce qu'elle savait du sujet. Vu qu'elle ne dormirait pas avant plusieurs jours elle pourrait rédiger cela tout à loisir. Ensuite elle le remettrait à Arthur et Cobb pour qu'ils valident ses notes -une formalité- et enfin à Eames pour qu'il peaufine le chapitre "Faussaire". Ensuite l'un d'eux remettrait le Manuel à Colleen. Non, elle-même ne le ferait pas. D'un pas qu'elle pensait que la jeune femme le prendrait mieux si c'était un des hommes qui s'en chargeait (elle avait plus de liens avec eux), et de deux parce qu'elle ne voulait que cela soit prit comme une tentative d'approche amicale. Trop tôt.
Quoi qu'il en soit Haley avait déjà imaginé le plan de son manuel. Elle passa outre le premier commentaire de Noe qui n'apporterait rien de nouveau mais fut plus attentive au second :

"- J'entends bien. Pour répondre dans l'ordre. Je ne pense pas accorder une dimension aux projections qu'elles n'ont pas. Si quelqu'un devait l'avoir fait, c'est celui qui a attribué le nom de subconscient à la modalité de ses projections. Bien sure, la théorie psychanalytique a ses faiblesses, elle n'a pas la rigueur méthodologique de la psychologie cognitive qui a mené au voyage onirique mais il n'en n'est pas moins incontestable - sauf peut être chez les esprits étroits et bornés - qu'elle est un excellent outil pour l'assisté. Nier l'importance des projections c'est nier l'existence même d'un inconscient. Ensuite, en ce qui concerne la suggestion sur les coéquipiers, je comprend parfaitement que ça vous fasse peur et je suis d'accord pour dire que des pratiques de ce genre soulève tout un tas de problèmes déontologiques. Je ne l'ai pas fais de nombreuses fois personnellement et c'était toujours avec des amis qui avaient confiance en moi et en qui j'avais confiance - un cas qui semble rare dans cette branche de l'industrie du trafique de l'information à ce qu'on m'a dit. Néanmoins, ça n'est pas toujours inutile. Si l'utilisation n'est pas pertinente en temps normal, il existe certaines situations - certes rare - où cela peut s'avérer utile comme par exemple dans un cas où l'expert qu'est l’extracteur se trouve dans l'incapacité technique de prendre des informations sur la situation et donc de savoir à quel moment et comment il doit agir. Cela dit, j'ai surtout donné cet exemple pour vous faire prendre conscience du fait que les méthodes peuvent être combinées entre elles et donner lieu à de nouvelles pratiques qui ne s'arrêtent pas à mes seules connaissances."

Une fois encore ses réflexions étaient en contradictions avec celles de Noe. Plus encore que le fait d'être en opposition, ce qui la dérangea fut le schéma de réponse employé. Commencer par une fausse concession, typiquement psy. Appuyer ses dires sur un prédécesseur, et en plus le faire de façon erroné, risible. Tenter de la noyer à coup de prétendu grand mot de vocabulaire, tout à fait inutile sans son cas. Et finalement l'impliquer presque subtilement dans la catégorie des esprits étroits et bornés. Et de même une seconde fois en variant à peine l'ordre. Ce n'était pas tant le fait qu'il parle ainsi qui provoquait cette répulsion instinctive chez Haley. Après tout c'était une sorte de déformation professionnelle, peut-être n'en avait-t-il au fond même pas véritablement conscience. Mais le fait qu'elle sache que la majorité des personnes étaient sensibles à cela, qu'elles se laissaient berner par de longues phrases et écraser sous les mots. Ce type suintait la manipulation même lorsqu'il était censé parler normalement pour exprimer ses idées.
Heureusement Haley n'était pas quelqu'un de susceptible, sinon elle aurait prit la mouche et se serait enflammée. Mais elle était plus intelligente que cela et surtout, patiente. Si Noe avait comprit qu'il lui faisait peur - oui elle pouvait l'admettre sans crainte, elle avait peur des manipulateurs et pour cause - elle ne se sentait pourtant pas menacé par lui. Important de faire la différence. Ceux qui jouaient impunément avec l'esprit humain distillaient une crainte farouche, une angoisse irrépressible dans chaque fibre de son corps. Elle savait d'expérience que ces gens là ne connaissaient aucune limites morales et ne respectaient rien. Cela pouvait détruire des vies. Ça l'avait détruite, et même si elle s'en était relevée elle conservait des séquelles. Dont cette peur qui engendrait la violence de ses réactions. Mais elle ne se sentait pas menacé par lui pour une simple raison : elle se savait de taille à l'affronter. On avait joué une fois avec elle, pas deux. D'autant qu'elle avait ses totems et son acuité mentale lui conférant un sens de l'observation et du détail sans bornes. Sans parler que le simple fait de repérer les tours de mentaliste lui assurait une protection supplémentaire. Bref, s'il était un cobra elle était une mangouste. Qu'il mordre, elle combattrait son venin.

Elle choisit donc d'attendre pour répondre, d'autant qu'Eames proposait de passer directement à la pratique. Rapide le vil, elle allait devoir annoncer qu'elle restait sur place plus tôt que prévu.

"- Faisons. Tout le monde au lit !" lança Cobb en claquant des mains tel un metteur en scène qui chauffait son
équipe, ce qui était à peut être le cas.

Haley obéit immédiatement, saisit son attirail et fila directe au fond de la salle où les attendaient leurs chaises longues. Chacun prit place et elle chargea la machine d'une fiole contenant le sédatif spécial Constantin, vérifiant bien qu'elle ne se trompait pas voix. Contrairement à ce qu'elle avait fait pour Colleen, elle laisserait la machine injecter le produit à sa guise. Il avait l'habitude à l'inverse de l'apprentie Faussaire, et ne méritait aucun traitement de faveur.

"- Votre machine à connexion est moins effrayante que celle que j'utilisai d'habitude, c'est un bon signe.

- Ça c'est parce que tu l'as pas encore testé."

Effrayante, effrayante... Haley la trouvait plutôt esthétique. Si elle était effrayante c'était d'efficacité.

- Elle est plus facile à transporter grâce à sa taille, mais je ne doute pas qu'elle soit tout aussi performante que celle dont vous avez l'habitude.

- Voir plus si on tient compte des changements effectués par Haley pour accroître le confort du sommeil.

En effet elle en avait amélioré le système d'injection et elle mettait un point d'honneur à fluidifier à la perfection ses sédatifs, obtenant un endormissement plus instantané que jamais... Enfin pour ceux qui le voulaient bien, comme Arthur qui aimait ne pas sentir la transition. Cobb et elle préféraient que ce soit plus progressif. Ne connaissant pas encore assez Colleen et encore moins Noe elle programma l'injection standard. A eux de voir plus tard s'ils avaient une préférence.

- Oui quand elle ne prend pas plaisir à vous planter l'aiguille dans le bras comme une brute, elle est douce comme un agneau, ajouta ironiquement Eames en référence à son dernier traitement "Haleyien" pour le test de Colleen.

Haley n'y prêta aucune attention et attendit le top départ de Cobb. Voyant qu'elle ne s'installait pas, celui-ci s'inquiéta.

- Haley ? Tu es prête ?

- Je ne viens pas, répondit-t-elle simplement. M.Constantin a pour ainsi dire infligé une véritable torture à ses neurotransmetteurs, j'ai adapté au mieux le sédatif mais je ne garantie pas une parfaite tenue du sommeil. Je préfère être là pour ajuster au besoin et lui éviter une migraine épouvantable.

Cobb et Arthur comprirent à demi mots. Cela les ennuyait,t ils avaient prit l'habitude de compter sur les observations minutieuses de Haley, mais ils la connaissaient aussi pour savoir que dans certains cas il valait mieux la laisser agir à sa guise. Pourtant elle obéissait toujours aux ordres, quels qu'ils soient, mais là rien ne leur assuraient qu'elle s'y plierait s'ils lui demandaient de venir. Il acquiescèrent donc sans protester.
Eames en revanche faisait moins de sentiments.

- Tu as peur que Noe te fasse faire des trucs pas nette ?

Haley ne prit pas cela comme une simple plaisanterie ou une question rhétorique. Elle ficha plutôt son regard pâle tour à tour dans celui de Cobb et Arthur leur faisant passer un message dont eux seuls pouvaient mesurer toute la portée.

- C'est de ne plus pouvoir faire confiance dont j'ai peur..., souffla-t-elle.

Elle ne leur laissa pas le temps de réagir et recouvra son ton d'experte implacable en s'adressant à Noe sans le regarder.

- Nous reparlerons de vos dernières réponses à votre retour, certaines confusions méritent d'être éclaircies. Cobb, c'est quand tu veux.

Dom Cobb hocha la tête.

- Si tout le monde est confortablement installé...

Eames croisa les bras sur son ventre tout en interrogeant Haley d'un regard qu'elle ne capta pas, toujours soumise à sa décision d'éviter tout contacte visuel avec lui.

- On y va.

Elle enclencha la machine et les sédatifs s'insinuèrent dans les veines...

[HRP : Colleen, soit tu réponds ici et Ayden ouvre ensuite le sujet à la première strate de rêve, soit tu rép en mini post ici pour tout reprendre de ton point de vu, puis tu rép aussi à la première strate pour introduire le RP dans cette partie, soit tu rép directement dans la première strate... Bref comme tu veux ! Wink]

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colleen Fanshawe
Admin-Cobb's Team
avatar

Messages : 1230
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 26
Localisation : Réalité
Emploi/loisirs : Travaille sur sa nouvelle cible
Humeur : ...Grrr

Personnage
Age PJ: 27 ans, Née le 5 Novembre
Totem: Un kaléidoscope
Spécial: Ex agent du FBI

MessageSujet: Re: Recrutement de Noe Constantin   Mar 15 Nov - 17:33

Colleen avait suivit le groupe d'extracteurs dans la pièce du fond. Elle n'était ni confiante ni rassurée. Elle ne voulait pas partager un rêve avec ce psy, ce semi scientifique manipulateur d'esprits. Mais elle avait pas le choix. Elle n'allait quand même pas refuser un rêve partagé, son deuxième, juste après son embauche. Et puis, elle ne devait pas décevoir Arthur, ni Cobb... Ni Eames, accessoirement. Elle s'allongea sur son transat, attendant l'inexorable injection. Elle serra son totem dans sa poche, comme la première fois. Elle remarqua qu'Haley ne participait pas au rêve. Premièrement, elle la jalousa fortement. elle aurait donné n'importe quoi pour éviter cette expérience. Deuxièmement, elle fut rassurée. Sa première expérience ne lui rappelait pas que de bons souvenirs, notamment les violents maux de têtes et les nausées. Si Haley était là, elle pouvait rattraper le coup en cas d'effets secondaires.

- Si tout le monde est confortablement installé... On y va.

Haley enclencha la machine et les sédatifs s'insinuèrent dans les veines... Colleen ferma les yeux et se laissa tomber....

>>Suite<<

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inception-continuum.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Recrutement de Noe Constantin   

Revenir en haut Aller en bas
 
Recrutement de Noe Constantin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inception continuum :: Le monde réel :: Le quartier général-
Sauter vers: