AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Théodore Nathaniel Peck

Aller en bas 
AuteurMessage
Théodore N. Peck
Tywin's Team
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 05/12/2011
Age : 26
Localisation : Quelque part... Et c'est joli.
Emploi/loisirs : Réfléchit, non pense.
Humeur : Lunatique

Personnage
Age PJ: 26 ans, Né le 10 Mai
Totem: Une pince crocodile
Spécial: Scientifique fou

MessageSujet: Théodore Nathaniel Peck    Lun 5 Déc - 18:09

Nom :
Peck

Prénoms :

Théodore Nathaniel

Surnom :
Peck

Age :
26 ans

Date de naissance :
10 Mai

Nationalité :
Américaine et canadienne

Origines :
Américaine et Canadienne

Famille et fratrie :

Père :
Henry Peck, un scientifique très doué, spécialisé dans la psychothérapie. Il touche bien vite aux sciences des rêves partagés, faisant des expériences dans le but d'enseigner des choses à un sujet endormi, par le biais du subconscient. Mais il est pourchassé par la police car ses méthodes sont illégales et dangereuses. Il s'enfuit avec sa femme et son tout jeune fils pour ne plus réapparaitre. Il finira malheureusement sa vie en prison. C'est un tout petit homme, plutôt rond portant des petites lunettes, légèrement chauve sur le haut du crâne. Le peu de cheveux qui lui reste sont blond et il a les yeux verts.

Mère :
Tawnee Bancroft, mariée Peck. Une chimiste diplômée de Princeton. De 9 ans plus jeune que son mari, elle lui sert d'assistante dans ses expériences de rêve partagé. Elle sera la principale cobaye d'Henry Peck. Elle en deviendra folle à lier et elle passera le reste de sa vie dans un hôpital psychiatrique. Elle n'est pas très grande non plus, mince, aux yeux bleus et au cheveux longs châtains clairs.

Frère/sœur :
Aucun

Cursus :
Équivalent d'un doctorat de Physique-Chimie et sciences appliquées.

Équipe officielle :
Tywin

Histoire : Le petit Théodore Nathaniel née un beau jour de printemps ensoleillé dans l'état du Michigan. Descendant d'un père canadien et d'une jeune mère américaine, il grandit dans une belle maison de banlieue, entourée de par-terre de fleurs et d'une jolie barrière blanche. Mais pour comprendre l'histoire de Peck, il faut entendre celle de ses parents.
Son père, un drogué de sciences fit construire un gigantesque laboratoire dans le sous-sol de la maison, avec son revenu de scientifique mondialement reconnu. Il s'est spécialiser dans la recherche et l'exploration des capacités cérébrales. Pour lui, l'esprit humain est une véritable mine d'or qu'il nous suffit de creuser un peu plus profond pour atteindre une richesse incroyable. On n'utilise que 10 à 20% du cerveau selon les scientifiques, et bien pour M. Peck, c'est un vrai défi. Il passe près de dix années de sa vie au laboratoire de l'université de Princeton, gagnant sa vie comme professeur et poursuivant des recherches acharnées sur le subconscient et l'esprit humain. Il fait alors la rencontre d'une jeune diplômée de la même université, avec laquelle il partage les mêmes centres d’intérêts. La jeune Tawnee, diplômée en chimie se lie rapidement d'amitié pour le scientifique passionné et les deux rats de laboratoire finiront par tomber amoureux, malgré leur différence d'âge. Il se marieront deux ans plus tard, quittant le New Jersey pour le Michigan, mais n'abandonnant à aucun prix leur travaux. Ils achètent une maison, assez grande pour recéler un laboratoire sous-terrain. Deux ans plus tard, naquit Théodore Nathaniel.
Les recherches des parents Peck prirent un tournant décisif quand Tawnee proposa de créer des substances chimiques qui feraient tomber un sujet dans un sommeil partagé avec un autre sujet, afin d'explorer le subconscient humain. mes ces méthodes paraissaient dangereuses et peu recommandées. Manque de bol, quelqu'un avait eu l'idée avant. De contact en contact, d'informations en informations, le couple Peck se retrouva en relation avec une réseau d'extracteurs du rêve. Leur méthodes étaient fascinantes et tellement poussées. Les deux scientifiques n'en revenaient pas. Il leur fallait une machine comme celle-ci. M. Peck mit le prix qu'il fallait, touchant à l'illégalité, jurant de ne jamais trahir le groupe d'extracteurs, et acquit une machine à rêve partagé. Le budget des Peck en prit un sacré coup, surtout qu'il fallait s'occuper du petit Théodore. Mais rien ne pouvait faire plus plaisir au couple, à part peut-être l'arrivée de leur fils...
Les deux mordus de sciences, jubilant de leur avancée étonnante, se mirent bien vite au travaille et multiplièrent les expériences de rêve partagé, laissant Théodore dans son parc près d'eux. Ils faisaient des découvertes incroyables, les consignaient et puis en faisaient de nouvelles. L'univers du rêve partagé offrait des capacités incroyables, et l'esprit humain s'ouvrait à eux. Les deux scientifiques se promirent de n'user de cette ressource que pour aider les gens, les malades mentaux, les déséquilibrés ou encore, les attardés. Vint alors l'idée d'un enseignement via le subconscient. Une idée de M. Peck qui fit écho aux oreilles de Mme Peck. Cela semblait faisable et extrêmement pratique. L'idée était d'apprendre quelque chose au sujet pendant le rêve partagé, qu'il le retienne au confins de son subconscient et qu'il puisse s'en souvenir et l'utiliser une fois réveillé. ce n'était pas ce que les extracteurs appelait l'Inception, juste, un cours, donné en rêve, là où l'esprit est le plus réceptif... Les première expériences ne donnèrent pas grand chose. Les deux parents se réveillait, se souvenant au moment présent de ce qu'ils s'étaient dit en rêve, mais une semaine après, l'information avait disparut comme un souvenir lointain. Tawnee commença à user de sa chimie. Elle élabora différentes substances, après maintes expériences sur elle, qui devaient servir de "fixateur" d'informations. Ainsi, lors de l'injection pour commencer le rêve partagé, elle ajoutait sa mixture dans ses veines. Le résultat en était frappant. M. Peck, qui ne subissait pas "d'injections spéciales", servant de témoin, profitait de la dilatation temporelle du monde onirique pour enseigner des tas d'information à sa femme. Et celle-ci, en se réveillant, se rappelait parfaitement des informations acquises mais, plus d'un mois après, elle s'en souvenait parfaitement, sans n'avoir jamais ouvert un livre ou prit connaissance d'un document à ce sujet au stade éveillé. Leur expérience fonctionnait. On pouvait apprendre en rêve. Henry Peck voulu essayé à son tour de profiter de cette source d'information incroyable, mais sa femme lui interdit, de peur que son stade de témoin de soit détruit. Il y avait toujours des risques. Ils voulurent aller plus loin. L'enseignement dans la strate de rêve numéro 2, là où le temps était encore plus dilaté. Tawnee Peck dû forcer les doses de fixateur et élaborer une nouvelle substance qui, une fois prise, aiderai à explorer un subconscient plus profond. Une fois de plus, elle sera la seule et unique cobaye. Les expériences portent leurs fruits, et donnent des résultats étonnants. Mais cela va bien vite tourner au drame. Peck n'a alors que 5 ans. Tawnee se retrouve sujette à de violents maux de tête, à des sautes d'humeur et des crise de paranoïa. M. Peck se voit contraint de la mettre sous calmant en permanence. Mais cela ne change rien. La chimiste réclame encore plus de substances fixantes et révélatrices. Droguée par ses propres produits, elle en devient horriblement et irréversiblement accro. Elle veut passer plus de temps en rêve. "Apprendre, toujours apprendre ! Je veux en avoir plein la tête ! Tout savoir !!", répétait-elle sans cesse dans ses violentes crises. Henry Peck, abattu dû l'enfermer et essayer de la désintoxiquer. Mais rien à faire. Dans sa chambre cellulaire, Tawnee passait son temps à hurler et à déballer des tonnes de connaissances abracadabrantes. Ses cris et ses activités furent repérés par le voisinage... Et un jour, la Police débarqua chez les Peck, pensant arrêter un mari qui battait sa femme. Ils ne trouvèrent qu'une femme abandonnée, enfermée dans une chambre, sanglée sur le lit, bourrée de calmants. Henry Peck avait abandonné sa femme, devenue complètement folle, prenant sous son bras la machine à rêve partagé, ses travaux et son fils. Il apprit plus tard que Tawnee fut internée dans un important hôpital psychiatrique.
Henry Peck et Théodore Nathaniel Peck avait disparut de la circulation. Le scientifique au cœur brisé avait emmené son fils au Canada, retrouvant son pays, et échappant à la juridiction américaine. Cependant, ils vivaient cachés sans trop de problèmes d'argent, car il hérita d'une bonne assurance vie de sa mère, dédédée dans l'année, usant de contact informaticiens qui pouvaient gruger les services sociaux et lui donner l'argent sans que la police ne les trace.
Ainsi reprit la triste vie d'Henry Peck et de son fils. Ses travaux semblaient bel et bien finis, et les recherches de toute une vie s'effondraient. Mais il n'était pas prêt à abandonner. Il ne pouvait pas, par honneur pour sa femme. Il y avait juste un problème de dosage. Il devait reprendre. Mais pas sur lui... S'il devenait fou, personne ne pourrait aboutir les recherches et personne ne pourrait utiliser ses résultats dans un but curatif ou d'apprentissage. Et le seul cobaye qu'il avait sous la main... Son fils. "Ce scientifique est fou ! Après avoir perdu sa femme, il met en danger son propre fils !", me direz-vous ? Bah quand on est passionné, je crois qu'on est prêt à tout. Et les scientifiques ne sont pas des gens normaux...
Installés dans une toute petite maison perdue dans la forêt canadienne, Henry Peck reprit ses travaux, sur son fils, quand il rentrait de l'école. Il réajusta de beaucoup les doses précédentes de sa femme, sachant qu'il les administrait à un enfant de 6ans. Tout semblait fonctionner, Théodore en se réveillant savait calculer la pression atmosphérique ou encore savait quel était le nom de la fille du 12ème président des États-Unis. Tout cela plaisait finalement bien au jeune Peck, déjà fasciné par les sciences, la recherche et les travaux de son père. Ne se doutant pas qu'il jouait avec son esprit comme avec sa mère, il faisait entièrement confiance à son père. Et lui aussi, il voulait en apprendre plus. Mais jamais il ne présenta d'effets secondaire comme sa mère. A la première strate du moins. Et Henry Peck fit une découverte incroyable. Il savait que l'esprit des enfants était plus souple que celui des adultes. Mais ce qui était étonnant, c'est que lorsqu'il partageait un rêve avec son fils, ce dernier avait une liberté extraordinaire de création. Il créait à volonté des parcs aquatiques, des châteaux de bonbons, des immenses peluches, enfin, tout ce qui est relatif aux rêve d'enfant de 6ans. Mais ce qui surprit Henry, c'était que son fils créait tout en apprenant. Lors d'un cours sur l'histoire du Canada par exemple, Peck créait des objet, des portraits, des endroits. Henry en déduit qu'il apprenait par association d'images et d'information. Il essaya de baisser les doses de fixateur, et les résultats restaient les mêmes. Peck savait, à 6ans, une tonne d'informations que même un adulte ignorait. Les expériences d'Henry Peck étaient concluantes, mais, le seul problème, c'est que ça ne marchait que sur un enfant... Mais il ne désespérait pas. Peck quand à lui développait une forme de famine d'information. Il voulait épater les copains à l'école, mais que les copains, car il avait peur que la maitresse le fasse changer de classe parce qu'il était doué, mais il voulait une scolarisation normale, et puis cela paraitrait louche et son père aurait pu avoir des ennuis. Son père, temporellement coincé dans ses recherches s'adonna alors à l'apprentissage de son fils. Les "rêves cours" se multipliaient, les connaissances de Peck aussi. Il apprenait beaucoup, mais ne devenait pas plus mature ou réfléchit. Mais à force de trop savoir de choses, il devenait différent. Ses amis le rejetèrent et Peck se sentit abandonné. Mais il ne voulait pas arrêter son apprentissage magique pour autant. Son père limita donc les séances à une fois par mois, autant pour préserver l'esprit de son fils, que pour limiter le surplus d'informations. Peck était aux anges. Il lui suffisait de voir une image mentale pour restituer une information. Des tonnes d'images lui traversait l'esprit en permanence. Mais il s'habituait. Cela suivit ce schéma jusqu'aux 11 ans de Théodore.
Il avait acquis une multitude de choses, ce qui rendait son père très fier. Mais avec l'âge, son esprit s'endurcit, et il se mit à paniquer. Il n'arrivait plus a se souvenir d'informations qu'il avait précédemment apprise, et les images mentales devenaient floues et moins nombreuses en rêve. Cela sonnait-il la fin de Peck dictionnaire ambulant ? Par pour Henry Peck ! Pour lui, la seule solution était la seconde strate de rêve, plus profonde, plus immuable. Peck refusa d'abord, pensant à sa mère. Mais il perdait ses connaissances de semaines en semaines. Il se résolu enfin. Une fois rentré du collège, ils s'installèrent et M. Peck administra quand même un fixateur et un révélateur, moins dosé à son fils. L'expérience se passa plutôt bien. Les créations oniriques de Peck repartaient de plus belle et tout ce qu'il avait perdu lui revint. Mais la fréquence des séances diminua. Et malheureusement, Peck devait s'administrer les substance, à petite dose certes, mais il le devait. Henry, qui observait son fils se rendit bien compte qu'il commençait à avoir des tics nerveux, et qu'il se mettait à parler tout haut de choses incompréhensible. La terreur le prit, il ne voulait pas revivre la même chose qu'avec sa femme. Il supplia son fils d'arrêter. Peck refusa, naturellement... Même si au fond de lui, il sentait que ça n'allait pas non plus. Il voulait alors tenter une ultime expérience et il promit à son père de tout arrêter ensuite. Il avait alors 13 ans. Il voulait aller dans la troisième strate de rêve, apprendre un maximum de choses pour le restant de sa vie et ne plus jamais toucher à l'apprentissage par le biais de rêve. Et là, c'est Henry qui refusa. Trop dangereux ! Mais Peck savait ruser, et il joua de quelques paroles perfides. Henry céda, faisant confiance à son fils. Il administra une dose beaucoup plus puissante des substances de Tawnee et ils s'endormirent, s'endormirent, et s'endormirent encore. Quand le "cours" commença, les images de Peck étaient précises, rapides mais incroyablement dangereuses ! D'énormes rochers leur tombaient sur la tête, des lames fusaient et des voitures arrivaient sur eux à toute bersingue. Henry supplia son fils d'arrêter de créer, mais Peck ne pouvait plus s'arrêter. Il finirent tués par un voiture folle. Les doses étant assez faibles, ils se réveillèrent, paniqués. C'était leur première expérience de mort en rêve. Peck avait horriblement mal au crâne et des images lui traversaient la tête avec violence. Henry lui administra un calmant et il s'endormit. Il se réveilla deux jours plus tard, toujours avec le même mal au crâne et une sensation nouvelle, on ne sait trop quoi... Henry, fou d'inquiétude devait vérifier si l'esprit de son fils était toujours opérationnel. Apparemment, Peck allait bien. Les tics nerveux étaient toujours là, mais ils n'évoluaient plus. La douleur fini par s'en aller, et Peck retrouva ses connaissances acquises. Mais il avait en permanence quelque chose en tête. Comme s'il le disque dur de son cerveau était plein et qu'il ne lassait jamais la place au vide... Il devint alors une forme d'hyperactif cérébral. Toujours à penser et à s'exprimer. Henry n'était pas rassuré, il retrouvait un fils plein de connaissances, légèrement déraillé par son hyperactivité, à dire des choses qui n'ont aucun lien entre elles et à parler tout seul comme à des personnes imaginaires. Mais il se rendit compte que c'était finalement le caractère naturel de son fils. Et c'est quand Peck eu 17 ans qu'Henry jugea qu'il ne changerait plus. Il était comme ça et il le restera. Mais au fond, le nouveau Peck lui plaisait, mature, drôle, lunatique au plus haut point et très instruit. Peck se mit alors au monde des geeks. Parmi ses connaissances, il savait tout un tas de choses sur l'informatique. Certaines plus légales que d'autres... En quelques mois, il avait fait le tour de tout ce qu'un nerd digne de ce nom doit savoir. Comme tout bon adolescent qui se respecte, il avait vu de nombreux films, les grands classiques, les films marquants. Il se passionnait déjà pour la science fiction quand il était petit, regardant des DVD sur un tout petit lecteur portable que lui avait acheter son père. Il replongea alors dans ces univers qui lui plaisaient tant, et il en parlait comme si sa vie en dépendait, passionné et incollable. Il toucha aussi à l'illégalité, détournant, avec le plus grand brio digne d'un hacker professionnel, de l'argent au services sociaux canadiens... Ce qui arrangeait bien ses affaires et celles de son père. Cependant, Peck sénior voulait réessayer quelque chose. Il demanda que Peck repasse par la première strate de rêve, sans apprentissage. Il voulait voir comment étaient les rêves de son fils, car le dernier fut fatal. Peck ne voulait absolument pas réessayer, mais il fini encore une fois par céder, pour les biens de la dernière expérience de son père. Oui, car il mettrait fin à ses travaux après ça. Mais l'expérience ne fut pas concluante. Peck produisait des images sans apprentissage qui étaient tout aussi dangereuses qu'a la troisième strate de rêve. Ils se réveillèrent bien vite. Peck, à moitié traumatisé par ses créations dévastatrices et incontrôlables. Henry voulait alors faire un dernier geste pour Théodore. Lui permettre de rêver normalement une dernière fois. Il fit alors de multiples expériences avec son fils, créant un antidote anti-créations violentes. Quelque chose que s'administrerait son fils pour s’empêcher de créer en rêve. Mais pour que les expérimentations d'antidote fonctionnent, il fallait encore replongé Peck dans des rêves partagés. Et chaque fois, ses projections et ses créations spatiales devenaient incontrôlables et dangereuse. Ce n'est qu'au bout de 6 mois de recherche que les deux compères trouvèrent un antidote imparable, testé à long terme sur Peck ne donnant aucun signe d'accoutumance ou d'effet secondaire. C'était un liquide d'apparence vert fluo, que Peck s'administrait dans les veines et dont seul lui et son père connaissait la formule. Ainsi, le vœux d'Henry fut exaucé, et Peck pu avoir quelques derniers rêves normaux. Derniers, car les trop nombreux rêves partagés lui avaient fait perdre la capacité de rêver naturellement. Les deux hommes mirent définitivement fin à toutes expériences de rêve partagé.
L'année suivante, Peck obtint son diplôme avec brio, bien sûr vu ses incroyables compétences dans tous les domaines. Mais il ne devenait pas moins calme ni sérieux. On le connaissait pour son espièglerie, ses sautes d'humeur comiques et ses phrases que lui seul semblait comprendre. Il s'inscrit dans une faculté de sciences en Amérique, utilisant sa double nationalité. Il quitta amèrement son père à qui il était tout de même très attaché et s'installa dans le campus. Il passe près d'un an sans revenir au Canada, correspondant avec son père. Mais un beau jour, plus de lettres, plus de mail, plus rien. A la fin de la première année de Licence, il retourna dans la petite maison du Canada. Elle était vide. Son père avait de nouveau disparut, mais sans lui cette fois. Il apprit dans les journaux que la police internationale avait retrouvé sa trace après toutes ces années et que le cas de Mme Tawnee Peck se devait d'être résolu. Il fut arrêté et jugé et incarcéré au Etats-Unis, pays d'origine de sa femme. Peck se rendit en prison, prenant un gros risque, lui aussi avait baigné dans l'illégalité. Mais son père lui apprit qu'il l'avait lavé de tout soupçon, qu'il avait endossé tous les crimes depuis la folie de sa femme, inventant une histoire d'expériences cérébrales non légales, sans dénoncer le réseau des extracteurs comme il l'avait promit. Il assuma aussi les détournements financiers de son fils. Peck se sentit terriblement coupable, mais si on apprenait qu'il était une expérience ambulante, lui, les travaux de son père et le réseau des extracteurs étaient menacés. Il abandonna alors son père, emprisonné à vie pour crime contre individu. c'est difficilement qu'il reprit ses études, se jurant d'utiliser au mieux le cadeau que lui avait fait son père pendant toutes ses années.
Ses notes à la fac de sciences étaient exemplaires, et il étonnait plus d'un professeur. Même s'il n'était pas le dernier pour déconner. Il aimait être entouré et faire les 400 coups avec les autres scienticos de la promo. Son esprit, plein, fatigué et vieillie lui demandait sans cesse de nouvelles choses, de nouvelles sensations et de nouveau trips. Et la déconnade était sans doute son remède parfait. Peck n'était pas un modèle de travailleur acharné, transpirant sur ses cours à minuit. La vie étudiante, c'est pas fait pour ça... Peck était donc très doué à l'université. Sur le plan résultat du moins. En ce qui concernait son comportement, les profs étaient perplexes. Peck était incroyablement doué, et pas seulement grâce à ses connaissances, il avait un excellent sens de la logique et du raisonnement scientifique. Il était perspicace mais il semblait psychologiquement fragile, voire dangereux, pour lui comme les autres. Par exemple, les profs restaient ébaudis lorsqu'ils voyait le jeune chimiste parler tout seul et s'agiter bizarrement pendant qu'il préparait un mélange hautement corrosif... C'est vrai que d'apparence, il donnait l'air de ne pas du tout savoir ce qu'il faisait, et il était tellement sûr de lui, qu'il se permettait des libertés nonchalantes en ce qui concernait la sécurité en labo... Mais il ne ratait jamais une expérience ou une devoir. Il passa donc une licence de physique-chimie et sciences appliquées avec brio, suivit d'un master, gonflé par un magnifique mémoire sur les sciences neuronales. Mais une fois arrivé en doctorat, malgré une thèse excellente sur une science très complexe, les professeurs se refusaient à lui attribuer le titre de docteur, à cause de son état mental. Ils lui prescrivirent des séances avec des psychologues universitaires, mais Peck refusait. Il savait qu'ils n'y pouvaient rien. Et puis, ça lui plaisait le Peck déjanté, mais incroyablement doué qu'il était devenu. Il quitta alors l'université, envoyant balader ses professeurs qui ne voulaient pas se résoudre à le proclamer docteur. Il avait alors 25 ans. Il se trouva un boulot d'informaticien dans une grande boite de réparation à domicile, gagnant sa vie facilement. Sans arrêt en train de penser, il lui vint une nouvelle passion... La conduite. Il avait son permis de conduire bien sûr, mais il voulait savoir piloter des bateaux, des avions, des hélicos, comme dans les films qu'ils aimaient tant. Il se paya alors des cours de conduite de bateau pour passer son permis bateau et des cours d'hélico. Il obtint son permis bateau sans problème, mais pour l'hélico, il fut recalé. "Trop psychologiquement instable". Mais il savait piloter l'appareil sans problème, comme un pro. Mais il n'avait pas le droit... Quand à l'avion, il usa de beaucoup plus de ruse que ça. Il se fabriqua des faux papiers, avec une fausse identité de co-pilote d'avion, grâce à ses talents d'informaticien et son intrépidité. Il se rendait dans les aéroports, prenait tout naturellement la place de vrais co-pilotes, et voyageait gratis sur des vols Europe-Etats-Unis. Il observait les commandes, les instructions de vol et les protocoles. Et un jour, au bout de quelques mois d'observations acharnées, il eut sa chance. Le pilote se sentit mal en plein vol (oui, ça arrive), et Peck dû prendre les commandes sur le reste du trajet. Se faisant fortement engueuler par le pilote agonisant sur certains points qu'il ne respectait pas, il réussit à faire atterrir l'avion dans les règles de l'art, sans aucun blessé ni aucun dommage, grâce à ses observations et son talent de déduction. Il n'y avait que le décollage qui lui restait à faire. Chose qu'il pu faire dès le lendemain car le pilote, se doutant de quelque chose à propos de son co-pilote, voulu le tester. Il le laissa décoller. Peck stressa comme jamais, et se donna le plus grand mal du monde pour essayer d'écarter tout soupçon sur sa réelle présence ici. C'est avec seulement quelque erreurs de débutant qu'il fit décoller l'avion. Une fois arrivé à destination, le pilote se rendit auprès des services d'authentification pour vérifier ses dires, mais Peck avait disparut, et sa fausse identité avec lui. Il avait fait le nécessaire, en bon nerd illégal, pour qu'on ne remonte jamais à lui. Mais il était heureux, il avait atteint son objectif. Il savait piloter tous les appareils, terre mer et ciel. Même s'il n'avait pas le droit légal pour certain. Tout cela s'ajouta à son excellent bagage.
Une fois cet objectif atteint, il ne savait pas quoi faire de sa vie. Les études ne voulaient pas de lui et son apprentissage de pilotage était terminé... Il lui fallait une nouvelle occupation. Il lui faut toujours une nouvelle occupation. C'est au cours de sa 26ème année qu'il fini par trouver. En trainant comme à son habitude sur internet, dans son petit appart, il tomba sur un lien d'un certain Tywin. Quelques contacts par-ci par là, il apprit qu'il menait une "justice mercenaire", usant des méthodes du rêve partagé. Et il avait son nouvel objectif ! Mais reprendre les rêves partagés ? Était-ce judicieux ? Peck savait qu'avec son antidote contre ses projections dangereuses, rien ne pouvait lui arriver. Et qui sait, rêver sans apprendre quelque chose et sans créer d'images, pouvait peut-être lui permettre de retrouver un comportement normal. (Bien sûr, ce n'est pas le cas. Peck restera Peck, lunatique et barré...). Il prit contact avec le Tywin en question. Ils discutèrent longuement sur la toile, apprenant à se connaître. Jusqu'au jour où finalement, Tywin convoqua Peck pour l'évaluer afin d'intégrer son équipe d'extracteurs. C'est avec euphorie et empressement que Peck se rendit au QG du chef extracteur pour postuler en temps que chimiste bien sûr. Reste à savoir comment l'entretien va se passer... Mais ne demandait jamais à Peck d'être l'architecte d'un lieu onirique. Ou, à vos risques et périls...

Description du caractère :
Peck est ce qu'on pourrait appelé un hyer-actif cérébral. Ses multiples manipulations de l'esprit lui ont laissé des séquelles... dans sa tête. A la base, Peck est quelqu'un de joyeux, d'expressif et de social. Il adore être entouré, partager avec les autres et parler, parler et parler encore... Les multiples images mentales qui se bousculent sans arrêt dans sa tête le force à penser tout le temps, et forcément, ça surchauffe vite. Rare seront les fois où l'on verra Peck le regard vide, ne pensant à rien. Il est en perpétuelle recherche de nouvelles activités. De nouvelles occupations. D'un jour à l'autre, suivant son humeur il peut être amical et souriant, délicieusement sardonique et boudeur ou encore affreusement effrayant et inquiétant par ses agissements, à première vue complètement incontrôlés. Il parle souvent tout seul, et s'imagine des tas de choses invraisemblables. Le grand jeu est de savoir ce que Peck aura encore inventé le matin : un chien invisible ou une pomme de pin vivante à protéger... ?
Il est drôle, lunatique et surement fou. Il ne cherche en aucun cas à se faire des ennemis. Il n'est pas très patient. Quand il parle de ses trucs de scienticos, c'est pas pour rabaissé qui que soit, c'est juste... qu'il a envie d'en parler. C'est vrai qu'au premier regard, on dirait un fou échapper d'un asile, mais c'est un scientifique hors-pair, ne ratant jamais un seul de ses travaux. On peut lui faire confiance sur ce point là... Après mûres observations... Il s’attache facilement aux gens qui l'entoure. Lors de ses rares mais existants moment de lucidité il est très efficace et obéissant. Il sait reconnaitre les vraies priorités, surtout en mission. Il n'est pas barré au point de ne pas suivre les ordres d'une personne plus haut placée. Il n'est pas très sportif, mais il sait sprinter. Il est espègle et n'a pas peur des représailles. En même temps, quand on n'a pas toute sa tête, qu'est-ce que des représailles ? C'est le genre de personne qui fini par s'étonner de tout. Même des trucs les plus simples et stupides de la vie quotidienne. Genre : le matin, on arrive pas bien à fermer son poing... Enfin, il a un grand cœur, légèrement meurtrit par son passé, mais il a pas le temps d'en parler...

Description physique :
Peck est comme son père. Petit. Oui, il est très petit pour son âge. "C'est génétique", vous dira-t-il. C'est surtout qu'il a jamais fait de sport de sa vie et que ces muscles et ses os ne se sont pas développer comme il faut. De plus, il ne compte plus les heures passées dans son lit, plongé dans les rêves partagés avec son père. Il n'est pas un modèle d'armoire à glace. Il est n'est pas très épais, un peu rabougrit et pas très fort. Ne lui demander pas de soulever une caisse de matos, il risque de se froisser tous les muscles du corps... Il a une petite tête ronde bien remplie. Trop remplie. Une petite coupe de cheveux aux mèches longues blond cendré, inchangée depuis ses 15 ans, lui donne un air jeune et irresponsable. Une frange mal équilibrée, souvent dégagée sur les cotés accompagnée de petits cheveux trop courts pour se ranger sagement avec les autres derrière les oreilles lui donnent un air de révolutionnaire de Mai 68... Il a des yeux bleus clairs, légèrement gris lui offrant une vue perçante (ce qui l'a surement aidé pour devenir un bon pilote). Un petit nez fin et des joues un peu creuses. Garçon du Nord, il ne craint pas le froid ni la neige. Il a de nombreuses petites cicatrices sur les avant- bras à cause de ses multiples intraveineuses. Il s'habille souvent avec des chemises simples, à manches mi-longues ou courtes, ouvertes sur des Tee-shirts aux imprimés excentriques, avec des trucs de geek par exemple. Des pulls à capuches et des jeans simples.Il a un tee-shirt marqué, ironiquement "Trust me I am a doctor". Il porte exclusivement des Converses, rouges, noires ou vertes. Il prend quand même soin de lui, un minimum, histoire de ne pas passer pour un clochard...

Goûts :
Peck est le genre de personne qui aime tout. Il adore les sciences, la chimie, la physique, les expériences qui explosent... En grand gourmand, il est adepte des sandwichs au jambon et au beurre de cacahouète et des flans au caramel plein de chantilly... Véritable geek, il voue une passion aux films de science-fiction et d'héroic fantasy. Il adore s'étonner sans cesse du monde qui l'entoure. Même si le mon pour lui peut se résumer à découvrir son coude... La musique actuelle, c'est pas son truc. Il aime bien s'enfermer dans son appart, écoutant du Beethoven pleine puissance, ou encore du Stravinski, tout en chatant sur le net. Il aime parler, s'exprimer, même si on ne l'écoute pas... Il adore lire jusqu'à pas d'heure le soir, quand il n'est pas devant son écran. C'est un couche tard, lever tard. La grande vie... Il adore piloter les bateaux, les hélicos et les avions. C'est fun !
Il n'aime pas les méchantes personnes. Celle qui sont désagréables sans raison et qui ne veulent pas nouer de contact. Il déteste ces idiots de professeurs qui ne lui ont pas validé son doctorat. Il ne s'intéresse pas beaucoup à la recherche de l'âme sœur. Pas pour le moment en tout cas. Mais qui sait ce qui se passera demain dans sa tête... Il n'aime pas tout ce qui vient de la mer. D'ailleurs, il aime pas la mer, ni se baigner. Il aime pas le sport et tout exercice physique n'ayant pour but que de se fatiguer. Il méprise les gens qui font du mal aux autres et les racistes. Il n'aime pas ne rien faire ou pire s'ennuyer. Et il a une peur bleue des ananas. Ne demandez pas pourquoi...

Signe distinctif :
Il doit s'administrer une substance verte fluo, exclusivement personnelle, dans les veines pour ne pas créer de projections ou d'objets dangereux dans le rêve.

Totem :

Une petite pince crocodile, volée à l'université, instrument de physique-chimie. Quand il réfléchit, il se pince les doigts avec. C'est marrant, ça fait des petites traces de dents sur la peau. Les bords sont rouges en caoutchouc et dans le rêve, ils deviennent noirs.

Rang au sein des extracteurs :
Chimiste

Domaine de prédilection :
Les sciences, la chimie, le monde de geeks et le pilotage de tout appareil motorisé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colleen Fanshawe
Admin-Cobb's Team
avatar

Messages : 1230
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 26
Localisation : Réalité
Emploi/loisirs : Travaille sur sa nouvelle cible
Humeur : ...Grrr

Personnage
Age PJ: 27 ans, Née le 5 Novembre
Totem: Un kaléidoscope
Spécial: Ex agent du FBI

MessageSujet: Re: Théodore Nathaniel Peck    Sam 10 Déc - 13:58

Tu es officiellement validé

Sois le bienvenu dans le réseau des extracteurs.

Then the dream comes true...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inception-continuum.forumgratuit.org
Haley Stark
Admin-Cobb's Team
avatar

Messages : 1383
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 27
Localisation : Aucune idée
Emploi/loisirs : CAFEINE !
Humeur : Nerveuse

Personnage
Age PJ: Née le 02 Février 1990 (21ans). Officiellement 24.
Totem: Multiples et variables
Spécial: Surdouée - Âme vieillie

MessageSujet: Re: Théodore Nathaniel Peck    Sam 10 Déc - 14:12

Bienvenue cher fou sciento-geek ! =D Tu te plairas sans doute aucun dans l'équipe de Ty' ! XDD


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Théodore N. Peck
Tywin's Team
avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 05/12/2011
Age : 26
Localisation : Quelque part... Et c'est joli.
Emploi/loisirs : Réfléchit, non pense.
Humeur : Lunatique

Personnage
Age PJ: 26 ans, Né le 10 Mai
Totem: Une pince crocodile
Spécial: Scientifique fou

MessageSujet: Re: Théodore Nathaniel Peck    Sam 10 Déc - 15:06

Merci admins vénérées XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Théodore Nathaniel Peck    

Revenir en haut Aller en bas
 
Théodore Nathaniel Peck
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inception continuum :: Hors RPG :: Présentation de vos personnages-
Sauter vers: