AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Présentation Haley Stark

Aller en bas 
AuteurMessage
Haley Stark
Admin-Cobb's Team
avatar

Messages : 1383
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 27
Localisation : Aucune idée
Emploi/loisirs : CAFEINE !
Humeur : Nerveuse

Personnage
Age PJ: Née le 02 Février 1990 (21ans). Officiellement 24.
Totem: Multiples et variables
Spécial: Surdouée - Âme vieillie

MessageSujet: Présentation Haley Stark   Mer 24 Aoû - 10:36

HALEY STARK



Nom :
Stark

Prenom :
Haley

Surnom :
/

Age :
21ans (il est inscrit 24 sur ses papiers d’identité)

Date de naissance :
2 Février

Nationalite :
Américaine

Origines :
Aucune idée

Cursus :
Aucun, c’est une fille des rues. Tout ce qu’elle sait elle l’a apprit dans les livres, sur internet, ou sur le tas. Son QI supérieur à la moyenne compense ce manque d’éducation. Plus de détails dans son histoire.

Equipe Officielle :
Cobb's team

Famille et fratrie :
Inconnues au bataillon

Histoire :
Haley Stark est un bébé né sous X. Abandonnée à l’hôpital elle est ensuite placée à l’adoption dans un orphelinat. Petite fille précoce mais solitaire elle ne va pas vers les potentielles familles d’accueil, n’attire donc pas l’attention, et demeure par conséquent pensionnaire à l’orphelinat. Dès l’école elle s’avers plus douée que ces petits camarades et apprend à lire quand les autres colories. Une fois la lecture maîtrisée elle apprend les bases de mathématique dans les livres d’élèves bien plus grand qui, jouant de son QI, lui refilent leurs devoirs. Finalement lassée de ces petits exercices et ressentant la distance qui se creuse entre elle et les autres gamins et même certains professeurs qui la jugent d’un sal œil et jure au directeur de l’orphelinat qu’elle ne sera jamais adoptée comme ça, Haley décide tout simplement de partir. Elle a six ans quand elle prend la poudre d’escampette, disparaissant sans qu’on remarque son absence avant longtemps… entre temps elle est déjà loin. Silencieuse et futée, elle arpente les rues de la ville, observe les gens et le mode de fonctionnement du commerce. Pour vivre elle subtilise d’abord des produits en expo au marché, puis s’attaque aux portes-monnaies… La nuit elle se contente d’un rien pour dormir. Le tout étant que l’endroit soit bien caché des forces de l’ordre qui dégagent une grande majorité des SDF. Parfois elle parvient à subtiliser la clé d’une ménagère qui quitte son domicile, et lui emprunte la salle de bain pendant son absence. Au bout d’une année, elle a donc sept ans, son mécanisme est bien rôdé et elle fait l’erreur de sombrer dans la monotonie. Son manège est repéré pas un mendiant qui devient son ami et prétend vouloir la prendre sous son aile. En fait il profite de la ruse et de la dextérité tant physique que mental de la petite pour survivre mieux que jamais dans la rue. Haley l’aime bien malgré son goût pour la solitude, et lui tient compagnie jusqu’à ses treize ans. Déjà grande elle fait plus que son âge. Ce qui est un point à la fois positif et négatif. Positif parce que les flics cessent de lui demander de rentrer chez sa mère, et négatif parce qu’elle doit esquiver de nouveaux prédateurs. Heureusement elle est à la fois rompue à l’art de la fuite et passablement protégée par son vieil ami. Ami qui un jour entend parler d’une affaire susceptible de le rendre riche. En effet une branche secrète et très fermée de l’armée mettait au point un nouveau dispositif capable d’entraîner les soldats en situation réelle sans qu’ils courent le moindre risque. Bien sûre il s’agissait d’un procédé expérimental nécessitant des « volontaires » pour étayer leur théorie. Le SDF s’était proposé immédiatement devant la belle montagne d’argent que proposait l’expérience, mais à plus de soixante ans il ne faisait pas un bon candidat et il fallait avoir au moins seize ans. Refusant de laisser passer l’occasion de sortir de la rue, il proposa à Haley de tenter l’expérience. Elle allait avoir quatorze ans mais un brin de maquillage volé et ses capacités cérébrales lui faisaient largement passer le cap des seize ans. Elle accepta, pour offrir à son vieil ami et à elle-même un nouveau départ. Il pourrait s’acheter une maison, elle pourrait devenir militaire. Le marché fut conclu, et Haley acceptée au sein du programme. Elle ne revit jamais le SDF après la paye et se retrouva seule, mais satisfaite.
La jeune Stark découvrit le monde du rêve partagé, apprit à manier les armes, à mourir et à tuer pour se réveiller… La plupart des participants étaient des gens comme elle : sans passé et sans avenir, à la recherche d’un but dans leur vie. Elle se lia d’affection avec certains de ses camarades, accepta leur confiance et leur offrit la sienne en retour. Une particularité attira les experts : elle rêvait en noir et blanc. Leur curiosité l’emportant elle les autorisa à tester de nouveaux produits –inoffensifs- sur elle en échange de connaissances. Un bien précieux qui lui manquait. Ils acceptèrent et Haley fut tantôt élève, tantôt cobaye. Tout allait au mieux pour elle qui se trouvait un goût prononcé pour la chimie neuronale et jouait à résoudre les labyrinthes, tout en visualisant un futur probable en tant que tireur d’élite…
Ironie du sort les choses tournèrent au vinaigre l’année de ses véritables seize ans. Des soldats virtuels perdaient pieds, se fragilisaient psychologiquement. Certains d’entre eux se suicidaient. Des totems furent imposés à tous mais le doute persistait et ce fut une véritable hécatombe quand un petit groupe plus atteint que les autres prit les armes dans la réalité et descendit une flopée de garde, et d’experts. Haley en réchappa, douée pour se cacher. Les autorités supérieures refusèrent d’insuffler plus d’argent au projet et il fut officiellement déclaré abandonné. Officieusement l’affaire fut reprit par un mafieux influent œuvrant dans l’ombre à des fins bien différentes…Les volontaires devinrent pure produit du marché du sommeil, leur esprit vendu aux plus offrant attirés par les expériences coûteuses et illégales de rêve partagé. Tout les styles y passaient, rassasiant tout les genres d’individus pourvus qu’ils soient riches. Les dépressifs cherchaient des amis contraints de les écouter. Les sadiques goûtaient au plaisir de terrifier leur victime, ou de les torturer. Les pervers achetaient un huit clos d’où on ne pourrait pas leur échapper… tout était permis sous prétexte que rien n’était réel ! Sauf que les sensations elles, l’étaient. Les premiers temps les victimes avaient le droit de se rattacher à leur totem. Plus tard il fut décidé que la confusion des esprits était préférable et les cobayes se virent confisquer totem et droit de se réveiller. Ils restaient maintenus dans un sommeil constant, attendant le prochain client. Haley resta coincée dans cet endroit deux longues années durant lesquelles elle fut témoins de toutes les perversités dont l’esprit humain est capable. Au début avec ses rêves qu’elle savait toujours en noir et blanc, ça allait. Ils apprirent à les coloriser. Elle se rattacha donc à son totem, au moins elle savait encore où était la réalité et n’hésitez pas à se suicider en rêve pour échapper à un client. Plus tard avec les rêves emboîtés et la suppression de totem elle commença à perdre pied. Elle se rattacha aux détails, aux erreurs commises par les architectes… les détecta de plus en plus aisément se forgeant une mémoire photographique aiguisée. Puis les doses de substances soporifiques se firent plus fortes et elle sentait qu’elle ne pourrait plus se tuer sans sombrer dans les limbes.
Alors elle attendit… Jusqu’à ses dix-huit ans passés, perdant chaque jour de plus en plus le sens du réel, ne se réveillant qu’une fois par semaine pour quelques heures avant de retomber dans le coma artificiel.
Quand enfin la libération vint. Un groupe d’intervenants armés accompagné d’extracteurs prirent d’assaut le local où Haley et une cinquantaine d’autres étaient retenus captifs. Parmi eux Cobb et Arthur s’appliquèrent à débrancher les cobayes, à les ramener des limbes pour certains, à les sevrer de la drogue dans leur veines… Cela faisait deux ans qu’elle était prisonnière de ses rêves et de ceux d’autrui, manipulées à la guise de gens tordus à l’esprit dépravé. Deux ans c’est long. Et à cause du rythme accéléré du monde des rêves cela lui sembla durer une éternité. Quand elle se réveilla, pleine d’escarres d’être restée immobilisée trop longtemps, elle cru à une nouvelle fourberie. Une nouvelle ruse destinée à la faire sombrer un peu plus dans la folie en lui faisant croire à son retour à la réalité pour mieux la berner. Son premier reflexe fut donc de chercher les erreurs d’architectures, de repérer les paradoxes… elle n’en trouva pas. Tout ce qu’elle voyait c’était une salle immaculée accueillant plusieurs lits, des hommes et des femmes circulants entre eux pour dispenser des soins. Deux hommes, les seuls à ne pas être vêtus de blanc, parlaient longuement avec les réveillés. Un grand charismatique aux cheveux plus ou moins blond et celui qui semblait être son acolyte. Plus petit, mince, des cheveux noir de jais. Tiré à quatre épingles. Elle les écouta un moment avant de laisser échapper un petit gémissement de douleur. Elle avait tenté de bouger mais ses muscles ne répondirent que par une douleur lancinante. Aussitôt deux infirmières lui vinrent en aide mais elle refusa d’être encore endormie par intraveineuse et protesta à grand renfort de son gutturaux. Elle avait aussi perdu l’usage de la parole, ni sa mâchoire ni sa langue ne lui obéissant. C’est la que les deux bonhommes s’approchèrent d’elle. Ils lui dirent de ne pas s’inquiéter, que tout était fini et qu’elle serait vite remise sur pied. Haley essaya de nouveau de parler, sans succès. Alors elle se contraint au calme, et plongea ses yeux dans ceux du blond, le plus proche d’elle, mais ce fut le brun qui comprit. Il lui donna les réponses qu’elle attendait à savoir la date exacte, l’heure, le nom de l’établissement où elle se trouvait… Haley sentit des larmes rouler sur ses joues et sa vue déjà trouble se brouiller d’avantage. Elle voulait croire ses paroles mais s’interdisait de prendre le risque d’être déçue. Elle ne s’en remettrait pas. Les deux hommes se levèrent, posant une main sur son bras, en guise de réconfort, et placèrent une carte près de son oreiller. Elle put enfin lire leur nom : Dom Cobb et Arthur, suivit d’un numéro de téléphone et d’une adresse. Mobilisant toute sa volonté, Haley trouva la force d’articuler vaguement un simple mot : « Vrai ? ». La réponse lui confirma ce qu’elle ressentait déjà : « vous le constaterez vous-même… Bientôt».
Deux autres années furent nécessaires pour la remettre parfaitement sur pied. Rééduquer les muscles, réhabituer le cerveau à donner ses propres ordres, réapprendre à marcher, parler, manger et boire seule… Haley ne se ménagea pas physiquement même si les premières semaines tenaient du calvaire. Elle reprit du poids, fit du sport encore et encore jusqu’à ce que ses escarres disparaissent. Elle écoutait tous les conseils d’ordre physique, observa le parcours de la parfaite rééducation et se dépassa jusqu’à retrouver la totalité de ses capacités d’antan. Voir plus. En revanche elle refusa catégoriquement le soutient psychologique et les médicaments censé améliorer son sommeil. Ce dernier devint son pire ennemi, qu’elle combattit à coup de caféine en cachette de ses docteurs. Quand enfin elle fut jugée apte à retrouver une vie sociale normale elle quitta l’institut. Fragile mais vivante.
Elle commença par parcourir le pays de long en large et en travers. Apprit que le mafieux propriétaire de son ancienne prison avait été acquitté –vive l’argent-, et retrouva son principal exécutant. Le petit chef de son local dont elle avait gravé le visage dans sa mémoire lors de ses courtes périodes de réveil. Le même individu qui s’amusait de temps à autres avec ses cobayes humains quand il n’y avait plus de clients. Une fois entrée chez lui par effraction elle lui fit goûter à un produit de sa conception. Une divine substance qui ne nécessitait pas que l’on pénètre l’esprit. Il s’endormit et le mélange activa tour à tour, seringue après seringue, les zones de son cerveau dirigeant la peur, la honte, la douleur… elle finit par le doute. Pendant qu’il dormait elle le délesta de son totem, en perça le secret, modifia de petits détails de son appartement –suffisant toutefois- et lui administra une petite dose censé entraver légèrement ses facultés de raisonnements. Ensuite elle quitta l’appartement, ferma à clé et observa la scène par la fenêtre. L’homme s’éveilla, tituba, constata les changements, comprit qu’il été enfermé, vit une marque de piqûre sur son bras, trouva son totem et le testa… et ne parvint pas à la bonne conclusion. Il prit une arme dans un de ses tiroirs et se tua avec. Mais bien sûre il ne se réveilla pas comme il l’espérait…
Une année passa et Haley se forgea des totems. Elle avait plus ou moins acceptée le fait d’être revenue à la réalité et désirait concrétiser ce retour avec de nombreux totems. Elle s’en créa une jolie collection à l’abri des regards indiscrets. Enfin elle prit la carte de Cobb et Arthur qui ne la quittait pas et s’en alla les retrouver. Ils mirent un certains temps à la reconnaître, mais la lumière se fit quand elle leur annonça que ça y était, qu’elle « l’avait constaté par elle-même ». Elle leur proposa ensuite ses services, argumentant qu’elle leur vouait une reconnaissance éternelle et démontrant ses talents de chimistes. Une fois Cobb et Arthur convaincus, elle s’avéra être d’une efficacité précieuse et ils furent surpris de la découvrir perfectionniste et détectant la moindre erreur au point qu’elle dégoûtait tous les architectes postulants… Ses premiers rêves partagés depuis son emprisonnement furent difficiles mais sa première mission chassa ses appréhensions : elle était douée. Depuis elle s’acquitte de son devoir avec beaucoup de minutie, malgré sa phobie du sommeil et ses moments de paranoïa. Heureusement elle peut compter sur ses totems et sur ses deux amis qui ne manquent pas de la rassurer quand elle perd pied…

Description du caractere :

Le moins que l’on puisse dire au sujet de Haley c’est qu’elle est un peu sauvage. Les gens, la communication, les rapports humains, ne sont pas son truc. Solitaire, elle ne cherche pas la compagnie, sans pour autant être agoraphobe. Elle a l’habitude de la foule et ne la craint pas du moment qu’on ne lui pose pas de question. Ce dernier point pourrait s’avérer dangereux car Haley est devenue paranoïaque et prend certaines questions comme une attaque personnelle visant une future manipulation de son subconscient. Elle ne répond donc qu’à ce qu’elle juge assez inoffensif mais prend toujours le temps de la réflexion, hésitante, fixant le demandeur d’un air suspicieux voir terrifié et manque de prendre la fuite ! Prudence donc de ce côté-là… Ensuite elle est plutôt du genre expéditive, ne s’encombre pas de sentiments notamment s’il s’agit de réveiller ou de se réveiller elle n’hésite pas une seconde à tirer sur ses coéquipiers ou à se jeter d’un pont. La où d’autres marque une hésitation, elle agit directe. Tout ce qui compte pour elle, et ce dans la réalité comme dans le rêve, c’est de sauver sa peau. Elle est d’ailleurs très douée pour la fuite et pourrait aisément abandonner tout le monde si cela lui permettait de s’en sortir, elle. Toutefois ce n’est pas par méchanceté ou pur égoïsme mais par simple instinct de survie. En revanche si elle part ce n’est que pour mieux revenir plus tard et libérer ces sauveurs à qui elle voue une reconnaissance éternelle digne des bonhommes verts de Toy Story, et pour qui elle est prête à tout.
On l’aura comprit, Haley est très fragile psychologiquement. Une plaisanterie sur son passé ou autre produit divers réactions non violentes, mais jouer à essayer de la faire douter de la réalité, même pour rire, peut provoquer une sévère crise de larme. Quand à ses totems ni allusions ni tentatives de contact, sinon elle devient violente. Peu bavarde, ses plus longues phrases naissent des explications en rapport avec les missions ou encore d’une crise d’angoisse survenant régulièrement au réveil. Dans ces cas elle déblatère un flot continu de paroles pour se convaincre elle-même qu’elle est bien réveillée, retraçant tous ses faits et gestes des derniers jours. Ce qu’elle est capable de faire grâce à son excellente mémoire photographique qui tient tant à son quotient intellectuel qu’à ses très longues périodes d’observations passées. Terrifiée à l’idée de s’endormir elle est accro à la caféine, se trimballant constamment avec un thermos de café sont elle consomme des doses folles. Ainsi elle dort très peu, environ cinq heures toute les quatre-vingt heures. Ayant vécus bien trop de rêves partagés, elle ne peut plus rêver naturellement et s’endort donc artificiellement d’une seringue dont elle prépare elle-même la substance très coûteuse. Son salaire lui permet de s’en payer une partie et quand ce la ne suffit pas elle fréquente les casinos où elle fait quelques plis –vive le comptage des cartes- avant de se retirer sagement. A ce niveau l’illégalité ne la perturbe pas et ses talents de pick pocket sont parfois bien utiles. En ce qui concerne le règlement en matière de rêves partagés par contre elle est intransigeante. Qu’on ne s’avise pas de s’inspirer d’un décor réel ou de tenter de subtiliser un totem, elle pète un câble.

Description physique :
Haley est une jeune femme plutôt grande puisqu’elle mesure 1m72, au physique bien proportionné, finement musclé, et aux kilos bien répartis. Pourtant il est très rare qu’on la remarque tant elle sait se faire petite et discrète. Presque invisible. Ses yeux d’un bleu extrêmement clair tirant sur le gris se détachent nettement de son visage au teint naturellement halé encadré par des cheveux bruns. Cheveux habituellement lâchés à la coupe destroy, parsemés de quelques petites tresses sur un côté. En mission elle les rassemble en une tresse longue serrée d’où s’échappent des mèches rebelles qui lui tombent sur le côté du visage. Elle a un don pour se fondre dans la masse mais si on prend le temps de l’observer on remarque ces tics nerveux. Un pied qui bat une mesure imaginaire, les doigts aux ongles rongés qui pianotent de façon compulsive, des regards furibonds… Quand elle lève enfin les yeux du sol assez longtemps pour fixer quelqu’un on peut y lire une forme d’appréhension omniprésente qui dissimule tant bien que mal la complexité des réflexions engendrées par un passé trop chargé. Haley ne sourit pas, ou très peu. En générale elle sourit quand on ne la voit pas, juste pour elle. Elle préfère garder sa bouche pâle et charnue bien fermée et immobile, de crainte de dévoiler des choses qui pourraient être utilisées contre elle.
Niveau vestimentaire elle a une garde de robe très limitée que l’on pourrait résumer en deux mots : sombre et pratique. Pantalon noir ou foncé passant par le kaki et le marron, débardeur noir sous une veste grise foncé ou… devinez ? Oui, noire ! Important toutefois de stipuler que sa veste comporte un nombre impressionnant de poches. Ses chaussures sont des bottes souples en cuir noir, plates, fermées par une fermeture éclair lui montant à mi mollet. Le tout est confortable et lui permet de passer inaperçue si elle marche tête baissée et mains dans les poches. Pour les missions le changement n’est pas spectaculaire. C’est le même principe, en plus près du corps, plus léger, si ce n’est ses bottes qui sont plus hautes (au niveau du genou), surélevées de trois bons centimètres, aux bouts renforcés, et fermées par trois système de fermeture à savoir : un zip, des lacets, et des lanières à boucle grises. Si les vêtements principaux s’affinent c’est surtout pour pouvoir transporter un maximum d’équipement, à savoir armes, fioles, et totems. En mission elle porte toujours une armada de fioles et tubes à essais en cas de mélanges d’urgences, et s’arme très généreusement si le chef le permet.
Enfin elle dégage une aura un peu sauvage d’animal blessée difficile à apprivoiser. Ces gestes sont harmonieux, précis, ce qui fait d’elle une excellente chimiste en plus d’une pick pocket hors pair. Toutefois le trop pleins de caféine et le manque de sommeil lui déclenche régulièrement des crises de tremblements difficilement contrôlables qu’elle tente de dissimuler.

Gouts :
Haley aime principalement la solitude et l’indépendance, même si la foule lui rappel parfois son enfance et peut l’apaiser. Bien sûre elle aime ses totems auquel elle se raccroche désespérément, et apprécie énormément –pour ne pas dire vénère xD- Cobb et Arthur. Si elle s’y autorisait elle aurait peut-être même un béguin pour Arthur mais elle se l’interdit et a de toute façon entendu parler de son Ariane. Haley aime bien sûre le café qui la garde éveillée et sans lequel elle serait sans doute pire que parano. Passons à ce qui la rebute : la maigreur. Nourrie deux ans par intraveineuses elle s’est vue squelettique, et doit faire partit d’une minorité de femmes qui n’a pas peur de prendre des kilos. De toute façon elle est bien trop nerveuse pour devenir grosse. Enfin elle déteste dormir. C’est ce qui l’angoisse le plus au monde. S’endormir sans savoir si à son réveil elle retrouvera la réalité. De toute façon elle estime avoir dormi bien trop longtemps et veut rattraper le temps perdu. Son rêve Aaah ! Non ! Pardon, son « espoir » le plus fou et de trouver un moyen irréfutable, sans la marge d’erreur des totems, de discerner la réalité du rêve grâce à une substance chimique qui assurerait au cerveau de ne jamais se tromper. OU tout simplement trouver le moyen ne plus jamais avoir à dormir. Pour l’heure elle peut courir… Elle a également un faible pour les armes de précisions, manquant rarement sa cible.

Signes distinctifs :
Un QI supérieur à la moyenne principalement mit au service de la chimie neuronale. Ses avants bras sont parsemés de cicatrices de piqûres dont certaines se rouvrent régulièrement. Elle est accro à la caféine, paranoïaque, asociale… bref c’est une fille bizarre.

Totem :
Plusieurs. Beaucoup. Elle ne vous en dira rien.

Rang au sein des extracteurs :
Chimiste attitrée. Sert aussi de critique des détails de l’architecture.

Domaine de predilection :
Chimie neuronale et tireuse d’élite en cas d'urgence grâce à sa précédente formation de soldat.


Dernière édition par Haley Stark le Mer 14 Déc - 10:25, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Colleen Fanshawe
Admin-Cobb's Team
avatar

Messages : 1230
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 26
Localisation : Réalité
Emploi/loisirs : Travaille sur sa nouvelle cible
Humeur : ...Grrr

Personnage
Age PJ: 27 ans, Née le 5 Novembre
Totem: Un kaléidoscope
Spécial: Ex agent du FBI

MessageSujet: Re: Présentation Haley Stark   Mer 24 Aoû - 17:49

Tu es officiellement validée.

Sois la bienvenue dans l'équipe des extracteurs.

Then the dream comes true...


Dernière édition par Colleen Fanshawe le Dim 28 Aoû - 13:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://inception-continuum.forumgratuit.org
Haley Stark
Admin-Cobb's Team
avatar

Messages : 1383
Date d'inscription : 22/08/2011
Age : 27
Localisation : Aucune idée
Emploi/loisirs : CAFEINE !
Humeur : Nerveuse

Personnage
Age PJ: Née le 02 Février 1990 (21ans). Officiellement 24.
Totem: Multiples et variables
Spécial: Surdouée - Âme vieillie

MessageSujet: Re: Présentation Haley Stark   Jeu 25 Aoû - 9:31

Merci ! Smile

Une humaine, oui ! une intervenante, je ne suis plus seule *-* oh encore merci honorable admin : cheers

EDIT : je lui ai rajouté 2 centimètre puisque Lily Rose la trouvait trop petite pour être grande ! xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Présentation Haley Stark   

Revenir en haut Aller en bas
 
Présentation Haley Stark
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Inception continuum :: Hors RPG :: Présentation de vos personnages-
Sauter vers: